Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

L’ONG met en cause la politique migratoire de l’UE

Libye : HRW dénonce des “détentions abjectes et abusives”

Un migrant au centre de détention de Aïn Zara, dans le nord-ouest de la Libye. © D.R

Les flux de départs de migrants et de réfugiés vers l’Europe, via la Libye, continuent malgré le dispositif répressif mis en place par l’Union européenne en Méditerranée, car la lutte en amont contre cette crise ne s’est jamais faite.

Un nouveau rapport de l’ONG Human Rights Watch (HRW) a pointé du doigt la politique migratoire de Bruxelles et la gestion de la coopération avec la Libye de ce dossier explosif. Dans un rapport intitulé “Un enfer sans issue : Les politiques européennes contribuent aux abus envers les migrants en Libye”, HRW a indiqué sans détour que “le soutien apporté par l’UE et l’Italie aux gardes-côtes libyens est un facteur important contribuant à leur interception de migrants et de demandeurs d’asile, qui sont ensuite placés en détention en Libye de façon arbitraire et abusive”. L’ONG s’appuie sur un travail de terrain qu’elle a effectué dans des centres de rétention sur le sol libyen. Outre une “surpopulation extrême, des conditions insalubres, une malnutrition et un manque de soins médicaux adéquats”, les migrants subissent de mauvais traitements de la part des gardiens de ces centres, officiellement sous le contrôle des autorités. “Les migrants et les demandeurs d’asile détenus en Libye, y compris les enfants, sont piégés dans un cauchemar sans fin, et les actions des États européens perpétuent leur détention, au lieu de les évacuer de ces conditions abusives”, a déclaré Judith Sunderland, directrice adjointe de la division Europe et Asie centrale à Human Rights Watch, lit-on sur le site de l’ONG. “Les efforts cache-misère visant à améliorer les conditions et à faire sortir certaines personnes de détention ne dégagent pas l’UE de la responsabilité qui lui incombe pour avoir autorisé au départ ce système de détention barbare”, a-t-elle ajouté. “Dans quatre centres de détention officiels situés dans l’ouest de la Libye, Human Rights Watch a également constaté que les gardes commettaient des violences, notamment en frappant et fouettant les personnes. Dans trois centres sur quatre, Human Rights Watch a été témoin de la détention d’enfants, y compris nouveau-nés, dans des conditions extrêmement inappropriées. En 2018, presque 20% des personnes ayant débarqué en Europe par la mer en venant de Libye étaient des enfants”, souligne l’ONG, qui affirme avoir interrogé plus d’une centaine de migrants sur place. En plus d’une gestion collective irresponsable de la crise, dans le cadre de l’UE, celle de l’Italie ne peut être ignorée, surtout depuis l’arrivée de l’extrême droite et des populistes au pouvoir à Rome. “L’Italie – le pays européen où arrive la majorité des migrants partant de Libye – a pris l’initiative d’apporter une aide matérielle et technique aux forces des gardes-côtes libyens et s’est quasiment dégagée de toute responsabilité dans la coordination des opérations de sauvetage en mer, afin de limiter le nombre de personnes débarquant sur ses rivages”, accuse HRW, précisant que “l’augmentation des interceptions par les gardes-côtes libyens en eaux internationales, combinée à l’obstruction des navires de sauvetage des organisations non gouvernementales par l’Italie et Malte, a contribué à la surpopulation et à la détérioration des conditions dans les centres de détention de Libye”. “Les dirigeants européens savent bien à quel point la situation en Libye est affreuse, mais continuent à apporter leur appui politique et matériel pour étayer un système pourri”, a conclu Judith Sunderland. “S’ils veulent éviter d’être complices de graves atteintes aux droits humains, l’Italie et ses partenaires européens devraient repenser leur stratégie pour pousser réellement vers des réformes de fond et mettre fin à la détention automatique.”


Lyès Menacer

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER