Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien

L’UE dos au mur face à Téhéran

Federica Mogherini, représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères, et Josep Borrell, ministre espagnol des Affaires étrangères. © D. R.

L’Union européenne a affiché sa division face au diktat des États-Unis au sujet du nucléaire iranien. Aujourd’hui, Bruxelles ne semble pas avoir beaucoup de choix pour s’affranchir de la pression américaine.

Bruxelles a accueilli hier une importante réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne pour discuter de l’épineux dossier du nucléaire iranien. L’objectif de cette réunion est de tenter de sauver l’accord conclu entre l’Iran et les grandes puissances à Viennes en 2015. Mais la partie semble déjà perdue pour les Européens qui ont peu de choses à proposer en échange du maintien de Téhéran dans l’accord duquel les États-Unis se sont retirés unilatéralement.

“L'accord n'est pas encore mort”, et l'UE veut donner à l'Iran “une possibilité de revenir sur ses mesures en contravention avec ses engagements”, a affirmé le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt à son arrivée pour une réunion avec ses homologues de l'UE, a rapporté l’AFP. “L'Iran a pris de mauvaises décisions en réaction à la mauvaise décision des États-Unis de se retirer de l'accord et d'imposer des sanctions dont la portée extraterritoriale touche de front les avantages économiques que le pays pouvait retirer de l'accord”, a déploré le Français Jean-Yves Le Drian. “Nous souhaitons que l'Iran revienne dans l'accord” et respecte ses engagements, a-t-il insisté.

Pour les Iraniens, l’engagement des Européens est “insuffisant”, a indiqué dimanche le chef de la diplomatie iranienne, Mohamed Jawad Zarif, à son arrivée à New York pour une réunion de l’ONU, a rapporté l’agence de presse iranienne Irna. “Les Européens se disent manifester un grand intérêt pour sauver le PGAC, mais nous n'avons pas encore vu leur volonté d'investir à cette fin”, a-t-il estimé, soulignant qu’“il existe une véritable différence entre le fait de manifester son intérêt et d’annoncer sa détermination à maintenir un accord international et d’être prêt à investir pour cette cause, ce que les Européens n’ont pas encore montré”.

L’Union européenne s’était en fait engagée à mettre en place un dispositif légal pour contourner les sanctions américaines contre l’Iran. Il s’agit de l'Instex, un mécanisme de troc créé pour contourner les sanctions américaines en évitant d'utiliser le dollar. Les achats iraniens en Europe seront compensés par des achats européens pour un montant équivalent en Iran. Dix pays de l'UE se sont engagés à utiliser cet instrument et des pays “non membres de l'UE” vont également rejoindre cette initiative, a annoncé Helga Schmid, l'ajointe de la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Mais deux grands pays de l'UE, l'Italie et la Pologne, manquent pour crédibiliser cet instrument, a déploré un diplomate européen de haut rang. T

éhéran estime avoir accordé assez de temps pour Bruxelles pour mettre en place ce dispositif, annonçant ces deux dernières semaines avoir repris ses activités d’enrichissement de l’uranium au-delà des limites fixées dans l’accord conclu à Vienne en 2015. Et si la situation continue ainsi, l’Iran passera à une autre étape : le retrait total de l’accord sur le nucléaire. Conclu entre Téhéran et le Groupe des six (Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne) après des années d'efforts, l'accord prévoit une limitation du programme nucléaire iranien en échange de la levée des sanctions internationales contre l'Iran. 

 

Lyès Menacer

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER