Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Acte XIV des manifestations en France

Macron inflexible face aux “gilets jaunes”

Les forces de police ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. © D. R.

De nombreux observateurs commencent à s’interroger sur l’issue de ces manifestations qui s’amplifient face à un gouvernement qui cherche à gagner du temps en jouant la carte de l’usure du mouvement des “gilets jaunes”.

De nouveaux incidents ont encore marqué le quatorzième samedi des manifestations des “gilets jaunes” en France, notamment à Paris, où les forces de police ont utilisé les gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants au niveau de plusieurs points de rassemblement, ont rapporté plusieurs sources. C’est au niveau du Pont-Neuf, sur les quais de la Seine, que les premiers incidents ont eu lieu, après que des manifestants auraient jeté des projectiles en direction des anti-émeute qui voulaient les faire reculer, ont indiqué des témoins. D’autres incidents ont aussi eu lieu au niveau de Denfert-Rochereau, selon les vidéos diffusées par les médias locaux. Les manifestants ont été empêchés dans un premier temps d’avancer en direction de la place Saint-Michel, à coups de gaz lacrymogènes. La manifestation a repris quelques minutes plus tard dans le calme, avant que la tension ne remonte. D’autres manifestations se sont déroulées aussi dans plusieurs villes françaises pour ce quatorzième samedi consécutif des manifestations, également marqué par le retour des rassemblements au niveau des ronds-points. Les “gilets jaunes” ont également pris le contrôle de nombreux points de péage et instauré la gratuité des passages, comme l’ont rapporté les médias sur place. Pour rappel, les manifestations bouclent aujourd’hui leur troisième mois et les “gilets jaunes” n’ont aucune intention de céder ni à la répression policière ni aux mesures de rétorsion dont certains meneurs de ce mouvement sont victimes. Ces derniers se sont vu convoquer par la justice pour s’expliquer sur les rassemblements considérés par les autorités comme illégaux, au motif qu’ils n’ont sollicité aucune autorisation. Cette campagne de répression a suscité de vives inquiétudes mais aussi des critiques au niveau européen et à l’ONU. “Depuis le début du mouvement de contestation en novembre 2018, nous avons reçu des allégations graves d’usage excessif de la force”, ont indiqué trois rapporteurs de l’ONU, soulignant que “plus de 1700 personnes auraient été blessées à la suite des manifestations dans tout le pays”. Au niveau continental, l’usage disproportionné de la force a fait l’objet d’un débat au Parlement européen. Les députés européens ont voté jeudi en faveur d’un texte de résolution condamnant l’usage “disproportionné” de la force par la police lors des manifestations. Dans cette résolution, votée par 438 voix pour, 78 contre et 87 abstentions, les députés ont “dénoncé le recours à des interventions violentes et disproportionnées de la part des autorités publiques lors de protestations et de manifestations pacifiques”. À noter que la manifestation des “gilets jaunes” se poursuivra aujourd’hui, même si les autorités ont averti qu’elles agiraient pour éviter un nouveau chaos.


Lyès Menacer

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER