Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Près d’une vingtaine de soldats tués à Mopti

Massacre terroriste dans un camp militaire au Mali

La situation sécuritaire et politique reste tendue au Mali. © D.R

La situation sécuritaire dans le centre du Mali ne cesse de se détériorer, contrastant avec les discours rassurants des autorités sur les avancées enregistrées dans le pays en matière de paix et de dialogue politique.

Le Mali a été endeuillé hier par une nouvelle attaque terroriste qui a fait au moins 16 morts dans un camp militaire, près de la capitale régionale Mopti, dans le centre du pays, a rapporté l’agence de presse Reuters, citant des sources sécuritaire locales.
Les terroristes, qui ont attaqué ce camp vers 5 heures, ont détruit cinq véhicules, selon les mêmes sources. “Je suis actuellement dans la base et il y a eu beaucoup de morts ici. Nous en avons compté 16 jusqu'à présent”, a affirmé Youssef Coulibaly, le maire de Kareri, une ville proche du village de Dioura, où le camp des forces armées maliennes était installé.
Le porte-parole de l'armée, le colonel Diarran Koné, a confirmé l'attaque mais n'a donné aucun autre détail, a ajouté Reuters. Une autre source militaire a affirmé à l’AFP que le camp militaire a été attaqué à l’aube par un “commando arrivé à moto et à bord de véhicules” ajoutant que “plusieurs militaires ont été tués et portés disparus”, sans être précise sur le nombre de victimes ou de disparus. “Nos hommes ont riposté. Moi, j'ai vu au moins quatre corps gisant par terre. On n'a pas de bilan précis, mais il y a beaucoup de dégâts”, a expliqué une autre source militaire malienne. En début d’après-midi, le commandement des Forces armées maliennes (FAMAs) a communiqué brièvement sur sa page facebook. «Le poste FAMa de Dioyra a été attaqué ce matin vers 6h par des terroristes”, a indiqué un communiqué des FAMAs, affirmant que “les combats ont causé des pertes des deux côtés”, sans fournir de bilan officiel sur le nombre de victimes et de terroristes éliminés. “à l’heure actuelle, l’aviation militaire survole la localité et des renforts terrestres sont en mouvement. L’évaluation de la situation est en cours sur le terrain”, a jouté le communiqué. Cette nouvelle attaque survient dans un contexte politique délicat en raison des blocages que connaît la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation au Mali, malgré l’optimisme affiché par le Comité chargé de l’application du texte signé en mai-juin 2015, sous l’égide de l’ONU.
Ces coups de frein à répétition dans le dialogue entre les signataires de l’accord de paix (le gouvernement malien, les mouvements de l’ex-rébellion touarègue et les groupes armés pro-Bamako) ont provoqué un climat de suspicion au sein des populations du centre et du nord du Mali, quant à la sincérité des parties impliquées à sortir de la crise.
Cela a servi d’argument aux groupes terroristes qui pullulent dans le centre et le nord du pays à recruter dans les rangs des couches sociales vulnérables, jouant également sur les tensions intercommunautaires pour reprendre leur activité criminelle.


Lyès Menacer

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER