Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Washington annonce son intention de “passer aux actes”

Menaces d’intervention américaine au Venezuela

Le président du Venezuela dans l’œil du cyclone. © D.R

Depuis plusieurs jours, les États-Unis tentent un coup de force contre le pouvoir en place au Venezuela, mais le soutien russe à Caracas bloque l’ardeur de Washington.

Les États-Unis ont affiché ouvertement hier leur intention d’intervenir militairement au Venezuela pour évincer le président élu Nicolas Maduro du pouvoir et imposer à la tête du pays le président du Parlement Juan Guaido, qui s’est autoproclamé chef d’État par intérim en janvier dernier, plongeant Caracas dans une dangereuse crise politique. “Les États-Unis vont passer aux actes contre ceux qui s'opposent à la restauration pacifique de la démocratie au Venezuela. Maintenant, le temps est venu d'agir pour soutenir les besoins du peuple vénézuélien désespéré”, a tweeté le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.
Il a qualifié de “brutes” les forces de sécurité vénézuéliennes qui ont été déployées par Caracas à la frontière colombienne, d’où Washington et ses alliés veulent faire entrer de force l’aide humanitaire. Plusieurs postes-frontières sont bloqués par l'armée fidèle à M. Maduro, lequel refuse l'aide en dénonçant une tentative déguisée d'intervention américaine, sous le couvert de l’ingérence humanitaire. Des affrontements ont opposé l’armée vénézuélienne aux présumés convois humanitaires, faisant plusieurs blessés, selon plusieurs sources.
Le président légitime Nicolas Maduro, qui s'est opposé dès le début à l'idée de l'entrée des aides américaines, en affirmant que les États-Unis veulent à travers ces aides organiser une intervention militaire au Venezuela, a annoncé samedi sa décision de rompre les liens diplomatiques avec la Colombie qui continue de “rouler au profit de l'administration américaine”. Bogota a fait de même en ordonnant aux diplomates vénézuéliens de quitter, sous 24 heures, le territoire colombien. “J'ai décidé de rompre les relations politiques et diplomatiques avec le gouvernement fasciste de Colombie dont les ambassadeur et consuls ont 24 heures pour quitter le Venezuela”, a-t-il déclaré devant un rassemblement de ses partisans à Caracas.
Le président Maduro, qui bénéficie du soutien du peuple et de l'armée, a annoncé au cours de la semaine écoulée que des aides humanitaires de 300 t provenant de la Russie vont arriver dans les prochains jours au Venezuela. Le soutien international au président Maduro se renforce chaque jour avec le renouvellement de plusieurs pays de leur confiance au gouvernement légal et le maintien de la coopération avec les autorités du pays. Samedi, des milliers de Vénézuéliens sont descendus dans les rues de la capitale Caracas pour la défense de la paix et de la révolution bolivarienne.
Les partisans du parti au pouvoir se sont rassemblés pour écouter le président Nicolas Maduro. “Trente jours plus tard, le coup d'État a échoué”, a-t-il lancé en référence au 23 janvier, lorsque le chef de l'opposition, Juan Guaido, s'est déclaré président par intérim et a lancé un mouvement pour renverser le président.


L. M./Agences

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER