Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

ORAN

À quand la restructuration des bureaux d’hygiène ?

© D. R.

Face aux entraves qui handicapent le bon fonctionnement des bureaux communaux d’hygiène, rattachés aux APC des 48 wilayas, et vu l’ampleur des catastrophes qui touchent presque l’ensemble des communes du pays, un conclave réunissant tous les responsables des bureaux d’hygiène a été récemment organisé à Alger pour établir un état des lieux et décortiquer les propositions des concernés pour une meilleure prise en charge du volet hygiène. Selon le responsable du bureau d’hygiène de la commune d’Oued Tlélat, Oran, les participants ont exposé les contraintes qui bloquent le bon fonctionnement de leur travail.

Outre le manque de moyens, surtout roulants, un grand nombre de structures ne disposent pas de personnel qualifié. Dans certaines communes où l’hygiène est la dernière des préoccupations, le bureau d’hygiène est souvent assuré par un agent communal juste pour la forme. Il faut aussi souligner que le manque de finances paralyse les bonnes volontés. Face à ce défi, le ministère de l’Intérieur tente une nouvelle restructuration et réfléchit à une autonomie des bureaux d’hygiène en les mettant sous une direction de wilaya détachée des APC, avec un budget de fonctionnement autonome.

D’autre part, une commande groupée de véhicules est préconisée pour une autonomie des agents dans le cadre de leurs déplacements à travers leur commune d’affectation pour une meilleure visibilité de la cartographie des points noirs avant les catastrophes: “Prévenir d’abord et prendre les mesures urgentes avant les catastrophes d’hygiène sont notre souci”, souligne notre interlocuteur qui a autorisé Liberté à l’accompagner avec son équipe lors d’une sortie d’inspection des points noirs (des rejets d’eaux usées) qui se déversent sur le lac d’Oum El-Ghellaz, zone humide protégée, afin de répertorier les eaux stagnantes pour un éventuel traitement.
 

NOUREDDINE BENABBOU



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER