Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Passage d’une conduite de rejet à Chabat El-Leham (AÏn TÉmouchent)

Les appréhensions du P/APC

© D. R.

Le projet de la conduite de rejet de la ville de Aïn Témouchent en phase d’étude, qui devra être lancé par la direction de l’hydraulique au profit de sa partie sud-est 3 qui englobe la cité AADL, a suscité quelques appréhensions de la part de la municipalité de Chabat El-Leham, dans la mesure où cette conduite devra traverser cette commune située à quelques encablures du chef-lieu de wilaya.

C’est ce qu’a laissé entendre Zouaoui Mohamed, P/APC de (ex-La Ferrière), lors de son intervention au dernier conseil de l’exécutif de la wilaya, tenu au tout début de ce mois de septembre et consacré à la préparation des saisons automnale et hivernale. Ce dernier qui s’est défendu de s’être opposé au projet n’a pas apprécié le fait qu’un tel projet puisse traverser sa commune à travers la cité Houari-Boumediene à son insu, alors que d’après lui la règle veut que le responsable communal soit au moins impliqué dans sa phase étude en faisant partie de la commission qui s’est déplacée sur les lieux dans le cadre d’un travail de coordination, et ce, dans l’intérêt de sa population.

À ce titre, le directeur de l’urbanisme et de la construction a expliqué que le passage de ce rejet qui devra passer par la station de relevage de Chabat El-Leham avant de revenir vers Aïn Témouchent a été défini par l’étude. Au départ, Mme la wali a cru que le P/APC avait l’intention de bloquer ce projet structurant par crainte qu’après achèvement des travaux l’entreprise réalisatrice ne procède pas à la remise en l’état du tracé. Or le maire avait un autre argument plus convaincant.

Ce dernier a tout simplement affiché sa crainte de voir sa population s’exposer un problème de santé publique. “Si le projet ne présente pas de risque sur la santé de mes concitoyens, il n’y aura aucun problème”, a-t-il précisé. Le directeur de l’urbanisme et de la construction a beau défendre son projet, soulignant que la commission aura effectué plusieurs sorties sur le terrain, précisant que l’étude est d’ordre technique et que s’il y avait un risque même avec un taux réduit une décision de surseoir le projet sera prise.

Cependant, M. Zouaoui a révélé que “l’endroit où est prévu le passage du rejet était occupé auparavant par les locaux de l’ex-Snic (Société nationale de l’industrie chimique) où se faisait le stockage des produits chimiques faisant de la population de Chabat El-Leham la plus exposée au cancer en raison du passage de ces produits à risque à ciel ouvert et non traités, en l’absence des équipements adéquats. Et c’est donc cette situation qui nous fait craindre le pire”.

Face à cet épineux problème, Mme la wali a ordonné l’implication d’un représentant de la santé qui devra rejoindre la commission aux côtés de ceux de l’environnement, de la direction des ressources en eau, de l’APC, de la daïra d’El-Malah et de toute personne ou service susceptible de diagnostiquer ce projet, d’aider à définir l’itinéraire et de mesurer son influence sur l’environnement immédiat lors d’une sortie qui devra être effectuée dans les plus brefs délais.
 

M. LARADJ



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER