Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Zone humide d’El-Mactaa (Mostaganem)

Plus de 1600 oiseaux migrateurs recensés

La zone humide d’El-Mactaa, une zone de halte et de nidification sur l’axe migratoire entre l’Europe et l’Afrique. © D. R.

Il a été établi à la faveur du recensement des oiseaux migrateurs
effectué à la fin juillet de chaque année.

Au total, 1670 oiseaux migrateurs, à l’exemple des canards d’eau, des poulets d’eau, des mouettes, des flamants roses et des hérons cendrés, ont été dénombrés dans le cadre des activités de la Conservation des forêts de Mostaganem, notamment la protection de la flore et de la faune sauvages de la région en milieu naturel par les ornithologues dans la zone humide classée du lac d’El-Mactaa, à la sortie du chef-lieu de la wilaya de Mostaganem, répartie entre Oran et Mostaganem, d'une superficie totale de 23 000 ha, dont 380 ha à Mostaganem, a-t-on appris hier auprès de la Conservation des forêts de la wilaya de Mostaganem.

Ce recensement d’été des sujets avifaunes, utilisant cette zone humide comme “une halte et une zone de nidification” sur l’axe migratoire entre l’Europe et l’Afrique, a été établi à la faveur du traditionnel recensement des oiseaux migrateurs effectué à la fin juillet de chaque année par une équipe de spécialistes de la Conservation des forêts des wilayas de Mostaganem, d’Oran et de Mascara. Les ornithologues ont recensé à la zone humide d’El-Mactaa 1270 flamants roses, 110 verdi, 84 canards d’eau noirs, 24 mouettes, etc.). 

Plusieurs espèces appartenant à la famille des hérons, telles que le héron cendré, le pourpre, le blanc, le doré et le grand, ont été identifiées dans la même région, en plus de la famille des canetons. 

Ces sujets avifaunes ont été observés sur l’ensemble du site d’El Mactaa, classé zone humide naturelle d’importance internationale en 2001 par la convention Ramsar, en raison de ses nombreuses caractéristiques naturelles telles que steppes, marécages, plans d'eau, oiseaux et plantes Atanadra. 

Ces zones humides renferment un fort potentiel biogénétique avec plus de 800 espèces végétales limniques, 34 espèces de poissons et 50 espèces d’oiseaux et une périphérie végétalisée.  

Un bilan annuel du nombre d'oiseaux sera établi d'ici quelques jours pour comparer les résultats des années précédentes et analyser l'évolution de l'écosystème et repérer d'éventuels dysfonctionnements naturels.
 

E. Yacine

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER