L’Actualité INTEMPÉRIES À SIDI BEL-ABBÈS

Avaloirs obstrués et chaussées dégradées

  • Placeholder

A. BOUSMAHA Publié 05 Mars 2022 à 22:59

© D. R.
© D. R.

Quoique survenues en retard, après un automne sec et un début d’hiver sans précipitations, les pluies diluviennes qui se sont abattues jeudi et vendredi sur la  région  de  Sidi   Bel-Abbès  ont, encore   une  fois,  mis  à  nu   la  gestion catastrophique des avaloirs de la ville.

Selon le constat établi par les services de l’APC, le réseau d'assainissement de la plupart des quartiers du chef-lieu de wilaya n’a pas du tout été curé, ce qui a provoqué l’obstruction d'avaloirs et des réseaux d'évacuation ainsi que des  débordements   et   la  stagnation   des  eaux  pluviales   dans  certains quartiers. 

Lors d’une virée effectuée hier matin à travers les quartiers du chef-lieu de wilaya touchés par l'accumulation des eaux pluviales sur la chaussée, la désolation se lisait dans le regard des citoyens qui n’ont pas omis de dénoncer l’absence de curage des avaloirs par les services concernés et la dégradation de l’état des routes, qui sont devenues impraticables.

“Nous en avons marre de voir, à chaque saison des pluies, ces désolantes scènes de routes inondées par les eaux pluviales, en raison du laisser-aller des services chargés de l’assainissement, qui n’interviennent pas en temps opportun. Parfois, ce sont les habitants qui interviennent pour dégager les bouches d’égout obstruées par toutes sortes de déchets et feuillages, mais jusqu’à quand ?” ont-ils déploré. 

Le président de l’APC, Miloud Magherbi, joint hier par téléphone, a déclaré à Liberté qu’effectivement, les agents du service communal des travaux et de l’hygiène et ceux de l’Office national de l’assainissement (ONA) sont intervenus dans une dizaine de quartiers notamment du centre-ville, quartier Maquam, la rue de la Paix, la station Sogral “pour déboucher les avaloirs et surtout pomper les eaux pluviales stagnantes sur le tronçon routier donnant sur le centre anti-cancer, qui est dépourvu d’avaloirs”.
 

A. BOUSMAHA

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute