L’Actualité Le secrétaire d’état américain antony blinken mercredi à alger

L’enjeu d’une visite

  • Placeholder

Karim BENAMAR Publié 28 Mars 2022 à 10:10

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken. © D.R
Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken. © D.R

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, abordera avec le président Abdelmadjid Tebboune et son homologue Ramtane Lamamra plusieurs dossiers d’intérêt régional et international. Au menu de sa visite, “la sécurité et la stabilité régionale, la coopération, la promotion des droits de l’Homme et des libertés fondamentales et d’autres domaines d’intérêts communs”, a indiqué le département d’État.

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, abordera avec le président Abdelmadjid Tebboune et son homologue Ramtane Lamamra, plusieurs dossiers d’intérêt régional et international. À l’instar de la guerre en Ukraine, il sera question entre les deux parties de la Libye, du Mali, du Sahara occidental et de la crise entre Alger et Madrid. Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, sera mercredi à Alger, après une tournée, entamée le 26 mars, et qui l’a mené en Israël, en Cisjordanie et au Maroc. Une visite très attendue qui intervient dans un contexte régional et international marqué par des événements et des chamboulements majeurs. Au-delà des relations bilatérales qui seront passées en revue, Alger et Washington s’entretiendront sur les questions de l’heure, avec comme priorité, la guerre en Ukraine dont les conséquences ne cessent de susciter les inquiétudes de l’Europe notamment au bord d’une crise énergétique majeure. Selon la secrétaire d'État adjointe chargée du Proche-Orient, Yael Lempert, “le secrétaire Blinken se rendra en Israël, en Palestine, au Maroc et en Algérie pour des consultations avec les hauts responsables de ces pays, sur plusieurs sujets qui interpellent actuellement la communauté internationale”. La même responsable a fait savoir que “durant sa tournée, M. Blinken parlera principalement de l’Ukraine ainsi que de la Libye, de l'Iran, du Yémen, de la Syrie et des territoires palestiniens”. 

Évidemment, la visite du chef de file de la diplomatie US, la première depuis 2014, sera l’occasion pour Alger et Washington d’aborder aussi des questions régionales. Au menu des discussions entre Anthony Blinken, le président Abdelmadjid Tebboune et le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, il sera question ainsi de la question du Sahara occidental, sur fond de crise diplomatique entre Alger et Madrid. Le revirement spectaculaire de l’Espagne, abandonnant son principe de neutralité et s’alignant sur la feuille de route marocaine en faveur d’une autonomie sous sa souveraineté, a suscité l’ire d’Alger qui a aussitôt réagi en rappelant son ambassadeur à Madrid. Sur le même dossier, les États-Unis, rappelle-t-on, avaient tranché, sous l’administration Donald Trump, en reconnaissant la marocanité du Sahara occidental, en porte-à-faux  avec les résolutions des Nations unies.

D’autres dossiers seront également abordés entre les deux parties, à commencer par la Libye où la situation continue d’alimenter les inquiétudes d’Alger. Abdelmadjid Tebboune et Ramtane Lamamra devront réaffirmer, à la partie américaine, la position d’Alger favorable à une solution dans le cadre d’un processus politique (le retour à l’agenda électoral reporté sine die), seule voie, pour l’Algérie, permettant de mettre fin aux profondes divergences entre institutions concurrentes dans l'Est et l'Ouest et au 11 années de chaos. Les deux parties devraient également évoquer le dossier malien.

En proie à une instabilité chronique, le Mali suscite les inquiétudes d’Alger au plus haut niveau. Les espoirs d’un retour des civils à la tête du pays s’amenuisent, comme en témoigne l’échec, la semaine dernière, de la médiation de la Cédéao dans la crise malienne. Une situation qui s’est davantage compliquée, trois semaines après l’annonce du retrait de la France, plongeant le pays dans l’incertitude sur notamment le plan sécuritaire. Selon le communiqué du département d’État américain, la rencontre de haut niveau entre Alger et Washington sera l’occasion pour les deux pays de passer en revue “la coopération commerciale, la question relative à la promotion des droits de l'Homme et des libertés fondamentales et d'autres domaines d'intérêt commun”. 

Selon le Département d’État américain, Antony Bliken officialisera les États-Unis en tant que pays d’honneur à la Foire internationale d’Alger, la plus grande foire commerciale de ce type en Afrique. Il rencontrera ensuite des représentants d'entreprises américaines en Algérie pour discuter de l'approfondissement des liens économiques et de la promotion du commerce et des investissements entre les États-Unis et l'Algérie.

 


K. B

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute