L’Actualité Une opération de collecte lancée au profit des sinistrés des derniers incendies

L’huile d’olive, symbole d’une infinie générosité

  • Placeholder

NATH OUKACI Kamel Publié 27 Février 2022 à 10:47

Plus de six mois après les tristes incendies qui ont ravagé une bonne partie du massif forestier de la wilaya de Tizi Ouzou, détruit de nombreuses habitations et entraîné la mort de dizaines de personnes, l’élan de solidarité qui a suivi ce drame humain et naturel ne s’est nullement estompé. Et pour cause. La semaine dernière, un appel à la générosité et à la solidarité avec les sinistrés de ces incendies a été, simultanément, lancé par le village d’Ath Hyani, dans la commune d’Ichelladhene à Akbou (Béjaïa), par le collectif citoyen de la commune d’Illoula Oumalou, à Tizi Ouzou et par le village d’Aït Aziz, dans la même commune, pour la collecte d’huile d’olive au profit des familles sinistrées.

À Ath Hyani, ce petit village de quelque 700 habitants, le comité de village et l’association féminine “Tulas I durar d’Ath Hyani” ont entamé leur action par la sensibilisation de la population locale. “Nous avons établi des contacts avec les huileries et tous les villageois pour la collecte d’huile d’olive. Au village, l’opération avance favorablement. Nous sommes confiants pour réussir cette opération de solidarité, unique en son genre” nous a déclaré, Larbi Tansaout, président du comité de village d’Ath Hyani. 

Pour ce villageois, cet appel à la générosité va permettre à ces familles de répondre à leurs besoins, ô combien essentiels, en huile d’olive en cette période de trituration des olives. “L’huile d’olive est un mets essentiel chez nous”, a-t-il relevé. À Illoula Oumalou, dans la daïra de Bouzeguène, le collectif créé à cet effet est déjà à pied d’œuvre. “L’idée de procéder à la collecte d’huile d’olive a déjà mûri dans l’esprit de la population locale au tout début de la période de ramassage des olives. Puis, nous avons lancé un appel à tous les villageois d’adhérer à l’action”, nous a expliqué Aziz Alimarina, membre du collectif citoyen d’Illoula Oumalou. “Nous sommes, pour le moment, à l’entame de l’opération. Nous avons reçu des échos favorables de quelques villages et de nombreuses régions notamment, de Boghni, de Bouira, de Boumerdès qui nous ont promis de contribuer à cette opération”, a-t-il poursuivi. 

Notre interlocuteur ajoutera que cette initiative se déroulera dans la transparence la plus totale puisque les éventuels donateurs doivent prendre attache, avant tout, avec leurs comités de villages respectifs pour la collecte de l’huile. “Par la suite, les comités de villages doivent, à leur tour, prendre contact avec les services de l’agriculture de leurs localités qui leurs fourniront les listes des sinistrés. L’huile sera répartie équitablement et directement aux familles sinistrées”, a expliqué notre interlocuteur. 

Une action citoyenne décidée spontanément
 La troisième opération de collecte d’huile d’olive au profit des victimes des incendies a été enregistrée au village d’Aït Aziz, relevant toujours de la commune d’Illoula Oumalou où les villageois n’ont pas attendu un quelconque appel pour entamer la collecte. Pour ces villageois, il était important, dans un premier temps, de venir en aide aux familles sinistrées de leur localité qui n’a pas été épargnée par les flammes. En effet, à perte de vue, la région garde encore les stigmates d’une nature brûlée, transformée en une mer de cendres. Aujourd’hui, plus de six mois après le drame, les blessures ne se sont pas encore fermées. C'est donc naturellement que les villageois ont lancé des appels pour aider les victimes de ces feux qui ont dévoré des milliers d’hectares d’oliviers dans la région. “Nous y avons pensé depuis l’été dernier”, nous a avoué Nna Ouiza, une septuagénaire très active dans le domaine associatif au village d’Aït Aziz. 

“Vous savez, il est difficile d’oublier tout ce qui s’est passé”, a-t-elle poursuivi, les yeux larmoyants de chagrin. Nna Ouiza s’est surtout rappelée cette journée fatidique, à Igreb, le village voisin, où le 10 août 2021, cinq personnes ont péri dans un immense brasier qui a ravagé les alentours du village. Les victimes avaient lutté inlassablement contre les flammes. “La solidarité est un acte citoyen qui se décide spontanément quand le besoin se fait sentir  quelque part”, a déclaré un autre citoyen d’Aït Aziz, Mohand Arab Bellila.

“Depuis la fin de la récolte, nous avons lancé spontanément un appel à la collecte d’huile d’olive. Nous savons que de nombreuses régions de Kabylie ont été durement touchées par les incendies et que des citoyens étaient dans le besoin”, expliquera, pour sa part, Belkhalfa Malek, un membre du comité du village d’Aït Aziz. “En Kabylie, une partie du patrimoine oléicole a été décimée. Dans certaines régions, les huileries sont restées tristement fermées par manque d’olives alors le renouvellement du patrimoine oléicole nécessitera des dizaines d’années. Donc, il est de notre devoir de nous solidariser avec les victimes”, a-t-il expliqué. Pour ce qui est des dons, ils sont centralisés au niveau du siège du comité qui fait face à la grande place du village, a-t-il expliqué. “Une fois la collecte terminée, une partie de cette huile sera répartie pour les sinistrés d’Illoula Oumalou, le reste sera acheminé vers les autres régions”, a-t-il précisé. 

La production locale en huile d’olive impactée 
À Tizi Ouzou, les incendies avaient causé un désastre à l'oléiculture. Les flammes qui avaient parcouru 2 500 hectares du massif forestier ont détruit pas moins de 40% d'oliveraies soit une superficie totale de 15 354 ha d'oliviers, sur 38 600 ha du parc oléicole de la wilaya. En effet, pas moins d'un million cinq cents mille oliviers ont été brûlés et 22 huileries ont été également touchées. Une situation qui a impacté la production locale en huile d’olive. C’est le cas dans la région d’Ifigha, plus particulièrement à Ath Ghobri connu pour sa fête annuelle de l’huile d’olive. 

Le président de l’association “Achvayli Nath Ghobri”, la jarre des Ath Ghobri, Moula Omar, qui a lancé le projet de labellisation de l’huile d’olive, reconnaît que l’oléiculture en Kabylie a été ravagée et qu’il faudra plusieurs années pour retrouver la cadence normale. “C’est vrai que la région d’Ath Ghobri a été, partiellement, épargnée par les incendies, mais elle a subi les contrecoups de la situation. Et pour cause, le prix de l’huile a augmenté pour atteindre 800 dinars le litre alors qu’il était de 650 DA avant”, a-t-il expliqué. Selon la Direction des services agricoles de Tizi Ouzou (DSA) la campagne oléicole 2021-2022 aurait pu être exceptionnelle à Tizi Ouzou, si ce n’était les incendies. “La wilaya aurait pu réaliser cette année une production de 19 millions de litres d’huile comme ce fut le cas durant la saison 2019-2020”, a expliqué une source à la DSA, tout en précisant qu’une production de plus de 12,255 millions de litres d’huile d’olive est attendue durant la saison oléicole 2021-2022. Cette production prévisionnelle sera réalisée grâce à une récolte prévisionnelle de 665 516 quintaux d’olives prévue sur une superficie productive de plus de 27 289 hectares et un rendement de 18 litres d’huile par quintal, est-il encore noté.   

 


KAMEL NATH OUKACI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute