L’Actualité RESPECT DES DROITS HUMAINS EN ALGÉRIE

LA DIASPORA MANIFESTE DEVANT LE PARLEMENT CANADIEN À OTTAWA

  • Placeholder

Yahia ARKAT Publié 22 Juin 2021 à 22:51

© Archives
© Archives

Des  centaines  de  manifestants  algériens  ont  organisé  lundi  un rassemblement pacifique  devant   le  Parlement  canadien  à  Ottawa  à  l’appel  du  Comité canadien des droits de la personne en Algérie.

L’initiative n’est pas fortuite, puisqu’elle se tient parallèlement à l’ouverture des travaux de la 47e session  ordinaire  du  Conseil  des  droits  de  l’Homme des Nations unies à Genève.  Les membres de  la diaspora algérienne au Canada ont, par cette action de protestation, tenu à interpeller le gouvernement fédéral sur son silence devant les violations des droits humains en Algérie.

Les  manifestants, déployant  emblème  national  et  drapeau amazigh, ont scandé des slogans du Hirak. “Algérie  libre  et démocratique”, “Libérez les détenus d’opinion”, “À bas la répression”, ont crié à tue-tête les manifestants.

Ces  derniers  ont,  en  outre,  exigé  la  libération   “immédiate  et inconditionnelle” des détenus d’opinion dont les portraits ont été brandis. Ils ont aussi interpellé le Premier ministre canadien, Justin  Trudeau, à  rompre  son  silence sur “les violations  et  atteintes  aux  droits  de l’Homme et  la  répression  qui  sévit en Algérie”.

Une  lettre, déposée  au  Parlement, invite  M. Trudeau  à  agir  auprès  du gouvernement Tebboune pour le respect des droits humains et l’arrêt de la répression des libertés démocratiques, a indiqué Rabah Moula. 

Après le dépôt de la lettre d’interpellation, les manifestants ont improvisé une marche aux alentours du siège du Parlement, avant d’entamer une caravane motorisée à travers les rues de la  capitale  fédérale, en  passant  notamment devant l’ambassade d’Algérie à Ottawa.

Le Comité canadien des droits de la personne en Algérie, par ailleurs très actif à Montréal, a déjà réussi à faire adopter, par le Parlement canadien, une motion présentée par le député d’opposition, Alexandre Boulerice, sur, justement, les violations des droits de l’Homme par Alger.

La motion avait été adoptée à l’unanimité à la veille de la consultation référendaire de novembre 2020, largement boudée, pas seulement en Algérie, mais aussi dans la diaspora.

Plus de 80 ONG ont saisi le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU sur l’état des libertés en Algérie. Samedi, une autre manifestation s’est tenue devant le siège de Radio-Canada à Montréal.

L’action devant l’édifice du diffuseur public se voulait une dénonciation du silence des médias canadiens sur la répression et la violation des droits humains en Algérie. Par ailleurs, les manifestations dominicales continuent d’être organisées à Montréal. 
 

Yahia ARKAT

 

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute