L’Actualité LA CRISE UKRAINIENNE CHAMBOULE LA CARTE DES RELATIONS INTERNATIONALES

La guerre qui ébranle le monde

  • Placeholder

Karim BENAMAR Publié 06 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

La guerre russo-ukrainienne chamboule de façon brutale les équilibres en termes de relations internationales. Son impact est également économique puisque plus d’un milliard de personnes, à travers le monde, sont menacées de famine.

Plus de quarante jours après l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, la situation dans cette région semble de plus en plus se détériorer, avec une guerre qui tend à s’installer dans la durée. Sans issue, le conflit prend des proportions dramatiques pour les populations civiles, avec des répercussions sur tout le voisinage de l’Ukraine, fortement impacté par la crise humanitaire, une des plus graves depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Les conséquences de cette guerre sont également d’ordre géopolitique, puisqu’au plan diplomatique, cette guerre chamboule de façon brutale les équilibres en termes de relations internationales. Depuis lundi, plusieurs diplomates russes ont été déclarés persona non grata dans certains pays de l’Europe, et la décision, lundi, de la France et de l’Allemagne d’expulser des dizaines de ces diplomates russes pourra marquer un tournant dans la guerre que se mènent Occidentaux et Russes, à travers l’Ukraine.

Hier, le Danemark, la Suède, l'Espagne et l'Italie ont annoncé à leur tour l'expulsion de dizaines de diplomates russes de leurs territoires. En plus de rompre ces liens diplomatiques avec la Russie, cette décision qui s’apparente déjà à une rupture historique, aura, sans doute, des conséquences graves. Pour le moment, le Kremlin a réagi en expliquant que ces réactions "inamicales" vont "détériorer" les relations entre les pays.

Il a également dénoncé le "manque de clairvoyance" des pays européens. Le directeur adjoint du Conseil national de sécurité et ancien président russe, Dmitri Medvedev, s'est aussi exprimé. Il a écrit sur le réseau social Telegram que leur réponse sera "symétrique et destructrice pour les relations bilatérales ".

D’un autre côté, les États-Unis poursuivent leur “offensive”, avec de nouvelles sanctions annoncées. Ce qui semble éloigner de plus en plus la perspective d’un règlement politique. En tout cas pas dans l’immédiat, malgré les tentatives de médiation proposés par plusieurs pays, comme celle entamée lundi, le 4 avril, par le groupe de contact des pays arabes parmi lesquels ; l’Algérie, l’Égypte, l’Irak et le Soudan.

Outre les conséquences graves de cette guerre sur le plan diplomatique, avec un bouleversement inédit des relations internationales, l’impact de ce conflit se fait ressentir sur le plan économique. La flambée des prix des produits alimentaires de base et ceux de l’énergie font déjà craindre l’apparition d’une grave famine à travers plusieurs pays vulnérables.

Pas moins de 74 pays sont ainsi directement touchés par cette flambée mondiale des prix, selon l’ONU. “La guerre russe en Ukraine, ‘en violation de la Charte des Nations unies’, a des conséquences dans 74 pays en développement, touchant 1,2 milliard de personnes”, a affirmé hier le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

“Notre analyse indique que 74 pays en développement, avec une population totale de 1,2 milliard de personnes, sont particulièrement vulnérables à la flambée des prix des aliments, de l'énergie et des engrais”, a-t-il dit, à l'ouverture d'une réunion du Conseil de sécurité. Il a appelé à l’arrêt immédiat de la guerre, avec l’entame de négociations sérieuses pour la paix.

“La guerre en Ukraine doit cesser, maintenant. Nous avons besoin de négociations sérieuses pour la paix, fondées sur les principes de la Charte des Nations unies”, a dit le chef de l'ONU. Selon lui, elle représente "l'un des plus grands défis jamais lancés à l'ordre international et à l'architecture de paix mondiale, fondée sur la Charte des Nations unies. En raison de sa nature, de son intensité et de ses conséquences”.

Karim B.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute