L’Actualité Célébration de la journée nationale de l’avocat à Sétif

Le parcours de Me Ali Boumendjel revisité

  • Placeholder

Faouzi SENOUSSAOUI Publié 27 Mars 2022 à 10:13

C’est dans une salle archicomble que la célébration de la Journée nationale de l’avocat a été célébrée, hier, au Club des avocats de la wilaya de Sétif. Rehaussée par la présence du ministre de la Justice et garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, la cérémonie a été une occasion pour célébrer la sortie d’une nouvelle promotion de 440 avocats de la région de Sétif regroupant les cours de M’sila, de Bordj Bou-Arréridj et de Sétif, baptisée du nom du défunt Ghedjati Mohamed, un des fondateurs de l’Union des avocats de Sétif. Selon Me Ghania Zouzou, directrice des stages à l’Union de Sétif, il s’agit de la promotion 2020/2022 qui compte 240 avocats de Sétif, 60 de Bordj Bou-Arréridj et 160 de la cour de M’sila. 

“Pandémie de coronavirus oblige, la formation de cette promotion a connu une interruption et un retard qui, grâce à Dieu et aux moyens déployés, a été rattrapé. Nous avons utilisé les locaux de notre club. Durant la deuxième année, nous avons concocté un programme intensifié afin d’être à l’heure”, nous a confié la présidente de la commission des stages. Et d’ajouter : “Nous avons aussi profité de cette occasion qui coïncide avec la Journée nationale de l’avocat, pour honorer les doyens des avocats de la région de Sétif en prenant en considération leur âge, ce qu’ils ont donné pour la profession et autres critères arrêtés par le bureau de l’organisation de Sétif.” 

Parmi les avocats honorés par l’organisation, Me Lyazid Djilani qui a, des années durant, formé des avocats exerçant dans plusieurs wilayas du pays.Tout au long de la cérémonie, les intervenants ont rappelé que la Journée nationale de l’avocat est célébrée chaque année en hommage à l’avocat et militant politique, Ali Boumendjel, arrêté le 9 février 1957, torturé pendant plusieurs jours et exécuté le 23 mars 1957 par les parachutistes du général Massu lors de la Bataille d’Alger durant la guerre d’Algérie et dont l’assassinat a été maquillé en suicide sur ordre du général Aussaresses.

Ce n’est qu’en 2000 que ce dernier a avoué avoir ordonné de maquiller l'assassinat en suicide. Le 2 mars 2021, soit 21 ans après les aveux d’Aussaresses, c’est le président français, Emmanuel Macron, qui a annoncé devant quatre des petits-fils de Me Ali Boumendjel qu’il avait été “torturé et assassiné” par l’armée française. En marge de la cérémonie, le président de l’Union nationale de l’Ordre des avocats d’Algérie, Me Brahim Taïri a supervisé la signature d’un accord de jumelage entre les ordres régionaux d’avocats d’Oran et de Béjaïa. Selon le président de ce dernier, Me Driss Abderrahmane, il s’agit de fructifier les échanges, notamment d’expériences et d’encadrement des formations.

 


FAOUZI SENOUSSAOUI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute