L’Actualité Oran

Les exclus du relogement de “Batimate taliane” protestent

  • Placeholder

Arezki M. Publié 26 Mars 2022 à 10:49

La cité en préfabriqué d’Es-Seddikia, Oran, plus connue sous le nom de “Batimate taliane”. © D.R
La cité en préfabriqué d’Es-Seddikia, Oran, plus connue sous le nom de “Batimate taliane”. © D.R

Les procédures administratives pour le relogement de 1 124 familles de la cité des 500-Logements en préfabriqué d’Es-Seddikia, plus connue sous le nom de “Batimate taliane”, entamées jeudi matin, ont été perturbées par un mouvement de protestation des familles exclues.

Les agents de l’Office de promotion et de gestion immobilière de la wilaya d’Oran (OPGI), chargés de délivrer les ordres de versement, qui s’étaient déplacés dans la matinée de jeudi à la cité des 500-Logements en préfabriqué, ont rapidement plié bagage en raison de la contestation de dizaines de familles exclues du relogement. Les services concernés par la préparation du relogement, qui semblaient engagés dans une course contre la montre pour reloger les 1 124 familles de “Batimate taliane”, ont apparemment été pris de court par ce violent mouvement de protestation ce qui a chamboulé leurs plans. L’opération de remise des ordres de versement s’est, finalement, déroulée jeudi après-midi au Palais des sports de M’dina Jdida. Les heureux bénéficiaires, qui ont reçu leurs ordres de versement, n’ont pas pu se rendre à l’agence de la Banque nationale d’Algérie pour s’acquitter du montant exigé (47 200 DA). 

Devant cette situation, les autorités locales ont instruit les responsables de la BNA d’ouvrir, à titre exceptionnel, l’agence du boulevard de la Soummam, au centre-ville, le vendredi, pour le versement de l’apport personnel. Des centaines de bénéficiaires, dont certains accompagnés de femmes et d’enfants, ont fait, hier, le pied de grue durant plusieurs heures devant l’agence BNA pour le versement du montant exigé. Les exclus du relogement, quant à eux, se sont rendus jeudi au siège de la daïra d’Oran, situé à la cité Djamel, pour organiser un rassemblement de protestation lors duquel, ils ont dénoncé leur exclusion “arbitraire”, selon leurs propos, tout en exigeant d’être relogés dans la nouvelle cité des 1201-Logements sociaux, mitoyenne de la cité des Sièges, près du rond-point Pépinière. 

Après une veillée d’armes devant le siège de la daïra, les protestataires se sont rendus, hier matin, à la résidence du wali dans l’espoir de rencontrer le chef de l’exécutif local. Les exclus du relogement étaient déterminés à poursuivre leur mouvement de contestation jusqu’à satisfaction de leurs revendications. Ils ont répété que leur exclusion était “arbitraire” tout en appelant le wali à intervenir pour lever cette “injustice”. La quasi-totalité de ces exclus sont, en fait, des enfants des propriétaires des logements qui revendiquent aujourd’hui le droit au relogement. Des sources autorisées à la daïra d’Oran confient que 1 124 familles sont concernées par le relogement dans la cité des 1201-Logements sociaux Pépinière.

Les mêmes sources précisent que 48 familles ont été exclues par le fichier national du logement, alors que 103 ont déposé des recours au niveau de cette collectivité locale. Les 103 recours ont été déposés, selon les mêmes sources, par “les ayants droit” des propriétaires des logements. L’opération de relogement des 1124 bénéficiaires, prévue à 5h, ce samedi 26 mars, devra se tenir sous haute protection policière pour éviter tout dérapage. Il est ainsi prévu l’évacuation des 500 logements préfabriqués qui seront rasés pour éviter leur occupation par des indus bénéficiaires. L’OPGI de la wilaya d’Oran a lancé, le 7 mars en cours, un avis d’appel d’offres pour sélectionner une ou plusieurs entreprises qui auront pour mission de raser les dix bâtiments en préfabriqués de cette cité et la récupération des matériaux de démolition.

 


Arezki M.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute