L’Actualité Enseignement paramédical

Les syndicalistes du SNPEP optent pour un statut spécifique

  • Placeholder

Faouzi SENOUSSAOUI Publié 26 Mars 2022 à 10:44

En suspens depuis la semaine dernière, la question du statut spécifique des professeurs de l’enseignement paramédical a enfin connu son épilogue. En effet, la commission mandatée par le conseil national du Syndicat national des professeurs de l’enseignement paramédical (SNPEP) en conclave les 17, 18 et 19 mars, à l’Institut national supérieur de formation paramédicale de Sétif, a enfin rendu public son verdict. “Les membres de la commission représentant des professeurs du secteur ont opté pour un statut spécifique pour les professeurs de l’enseignement paramédical. On avait à choisir entre cette dernière option ou l’adhésion au statut particulier des paramédicaux.

Ce point a été inscrit à l’ordre du jour des travaux de la session ordinaire tenue à Sétif et a fait l’objet d’un débat houleux lors de l’assemblée générale, qui a duré jusqu’à une heure tardive, dans la nuit de jeudi à vendredi 18 mars. L’assemblée a mandaté une commission formée de plusieurs cadres qui ont, à cet effet, travaillé pendant plusieurs jours pour enfin trancher le devenir du statut particulier de la corporation des professeurs de l’enseignement paramédical”, a confié à Liberté Benyoucef Benyoucef, président du SNPEP.

Il a indiqué que sur ce point, qui a connu des divergences au sein du bureau national, chacune des parties avait ses arguments. Il est à rappeler que plusieurs autres points inhérents à la profession ont été débattus lors du conclave de Sétif, dont l’ouverture des travaux a été assurée par le chef du service des activités sanitaires à la DSP de Sétif, Mourad Sana. Il est à noter aussi que le SNPEP représente pas moins de 500 professeurs de l’enseignement paramédical à travers les instituts et écoles de formation répartis à travers le pays.

 

FAOUZI SENOUSSAOUI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute