Culture MÉDÉA

2es Journées du printemps du conte

  • Placeholder

EL BEY M. Publié 07 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

Après plusieurs mois de restrictions liées à la pandémie de coronavirus, la culture reprend de nouveau ses droits en mettant à l’honneur l’art du conte, dont la 2e édition s’est ouverte en fin de semaine à la place Hamou, au chef-lieu de wilaya, et à travers plusieurs espaces culturels situés dans certaines communes, en présence d’un large public juvénile.

Coïncidant avec le début des vacances scolaires, les Journées du printemps du conte, qui s’étaleront jusqu’au 2 avril, sont organisées par l’association culturelle et de jeunesse El-Badr de Médéa, drainant chaque jour un grand nombre d’enfants venant écouter des récits qui, dans leur ensemble, invitent à l’évasion vers un univers de rêve.

Destinés aux enfants de tous les âges, les spectacles sont organisés dans la maison de la culture Hassan-El-Hassani de Médéa, la salle polyvalente de la commune de Tamesguida, les centres culturels de Tletat des Douairs et de Seghouane où, outre les séances du conte, des activités de jeux et d’exposition artistiques sont prévues.

En dépit du temps maussade, des clowns et des conteurs se relaient durant les spectacles pour créer une ambiance de fête, susciter l’adhésion des enfants qui, à chaque fois, se montrent très attentifs pendant que le conteur narre une histoire.

D’une manière générale, la majorité des contes sont une invite à la réflexion pour laisser aux enfants la possibilité de tirer, eux-mêmes, la leçon du sens moral du récit proposé par le conteur dont le contenu met en lumière l’éternel combat entre le bien et le mal. 

Outre qu’il constitue un moyen pédagogique de faire comprendre les côtés positifs et négatifs des actions des hommes, le conte est mis à profit pour faire découvrir aux enfants le sens de la solidarité pour le bien-être des autres. 

La tenue des Journées du printemps du conte vise, selon M. Mohamed Tadjrouni, président de l’association culturelle et de la jeunesse El-Badr de Médéa, “à améliorer les capacités des enfants, à éveiller leur curiosité pour la science et le savoir et à développer en eux l’esprit de l’aventure et de la découverte”.

Dans sa déclaration, le même responsable précisera que les Journées du printemps du conte sont de retour après la levée des restrictions pour donner de la joie aux enfants par le biais de spectacles et de jeux qui leur sont exclusivement dédiés. Des cadeaux ont récompensé les enfants qui ont fait preuve de compréhension et d’interprétations des récits proposés par les animateurs et des diplômes honoreront les
animateurs.  

M. EL BEY

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 60 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  3. Déclaration d’Issad Rebrab

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute