Culture THÉÂTRE

”El Mokhridj”, spectacle comique de Mustapha Himoune, présenté à Alger

  • Placeholder

APS Publié 09 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

El Mokhridj (le réalisateur), spectacle comique, qui pointe du doigt la condition de l’artiste et la situation qu’il endure, faute de projets et de programmation, a été présenté jeudi soir à Alger devant un public relativement nombreux.

Accueilli à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh, le spectacle, monté en 2021, a été servi par le duo Zouaoui Mebarki-Mustapha Himoune, auteur du texte et concepteur de la mise en scène, qu’il a basée sur la perpétuelle interaction avec le public, une manière, selon lui, de lui “rendre hommage” et de lui transmettre toute sa “gratitude”, pour l’“avoir accompagné durant toute sa carrière artistique”.

“Après près de deux années loin du public suite à la pandémie de coronavirus, j’ai voulu offrir à ce merveilleux public le statut d’un véritable élément dramaturgique qui puisse alimenter la trame par des répliques et des attitudes qui nous permettent de jouer et de progresser dans le spectacle”, a expliqué l’artiste.

D’une durée de 60 min., El Mokhridj raconte les déboires d’un réalisateur de plateau de télévision, brillamment rendu par Zouaoui Mebarki, qui devait recevoir un chanteur programmé pour l’enregistrement de son clip, dans un studio situé dans un quartier populaire et dont l’activité est décriée par ses habitants.

Attendant l’arrivée du chanteur, le réalisateur s’affairait à mettre au point, pour les besoins de l’enregistrement du clip, les derniers réglages techniques avec la régie-son, en faisant diffuser, à plein volume, Ya lahwi, un succès du raï, interprété, avec une voix présente et travaillée, par le talentueux chanteur Lahbib Himoune (fils du comédien Mustapha Himoune).

Jouant le rôle d’un habitant du voisinage, Mustapha, qui était venu, plusieurs fois au début, sommer le réalisateur, qui battait déjà la mesure avec le public, d’arrêter ce “tintamarre”, finit par l’adopter, allant jusqu’à esquisser quelques pas de danse sur cette belle cadence.

Le chanteur n’étant toujours pas venu, le réalisateur n’avait d’autre choix alors que d’engager Mustapha, le présentant comme l’artiste qu’il attendait, en lui demandant de “mentir et dire n’importe quoi au public”.

Le décor bien planté et le contexte bien établi, les deux comédiens, en parfaite complicité avec le public, ont commencé à passer en revue différentes situations, aussi comiques les unes que les autres, mettant à nu les travers de la société et pointant du doigt la condition de l’artiste.

Le public a savouré tous les moments du spectacle dans la délectation, applaudissant longtemps les deux comédiens, qui ont déclaré, sans pour autant préciser de dates, qu’El Mokhridj sera reconduit à l’Opéra d’Alger pour “deux autres représentations” et “programmé au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi”.

Dix-sept spectacles variés sont au menu de l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh durant le mois sacré de Ramadhan 2022, entre théâtre, chant et musique de différents genres du terroir algérien.

APS

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 60 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  3. Déclaration d’Issad Rebrab

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute