Culture Programme “No Means No” à la cinémathèque d’Alger

La lutte contre la violence sexiste à travers le cinéma

  • Placeholder

Hana MENASRIA Publié 13 Mars 2022 à 09:16

© D.R
© D.R

Après la Tunisie, la Palestine et la Jordanie, voilà que le programme “No Means No” fait escale en Algérie, et ce, du 15 au 17 mars à la Cinémathèque d’Alger. Organisé par Keral Production, en collaboration avec Making of Films et sponsorisé par IMS (International Media Support), cet événement vise à “sensibiliser et susciter le débat sur la question de la violence sexiste”. Et pour arriver à toucher un large public, cette campagne est réalisée à travers le cinéma et la culture pour ouvrir ainsi “la voie au dialogue pour le changement”, est-il mentionné dans la présentation. Quant au choix de ce mois-ci, cela n’est nullement le fruit du hasard ! Car, pour la célébration de la Journée internationale des droits des femmes coïncidant avec le 8 mars, la thématique de cette année est inscrite sous le signe de “L’égalité aujourd’hui pour un avenir durable”. À cet effet, “No Means No”, qui soulève la question de la violence faite aux femmes, sera marqué trois jours durant par plusieurs projections et une conférence à la Cinémathèque algérienne.

Parmi les œuvres proposées, le film égyptien Rich (plumes) d’Omar Al-Zouhaïry, qui ouvrira le bal le 15 mars à 18h. Synopsis : l’histoire suit le parcours d’une femme soumise livrée à elle-même après la disparition de son mari. Luttant pour survivre avec ses enfants, elle devient peu à peu une femme indépendante et forte. Primée à la semaine de la critique de Cannes, aux journées cinématographiques de Carthage et aux Golden Star du meilleur film au Festival international d’El-Gouna, cette production est sans conteste à ne pas rater ! Quant à la clôture, elle sera ponctuée par le film algérien tant attendu Soula de Salah Issaad. Poignant et puissant, ce long-métrage est un road trip nocturne dans lequel Soula, jeune mère célibataire à la recherche d’un “abri pour la nuit, fait face à une série d’épreuves insolites.

Un presque huis clos haletant au dénouement improbable”. Autres projections au programme, le documentaire palestinien As I Want de Samaher El-Qadi, ainsi que la diffusion d’une série de courts-métrages, notamment Sotra d’Abdallah Aggoune ou encore le film soudanais Al Sit de Suzannah Mighrani. Outre le cinéma, une conférence sur les questions des droits, de l’égalité des genres, du statut de la femme et de la violence dans l’art sera animée le 17 mars à 16h par l’écrivain Amin Zaoui, l’avocate Aouicha Bekhti, la réalisatrice Yasmine Chouikh et la comédienne Leïla Touchi. 

 

H. M.

Programme : 

 Lundi 15 mars à 18h : projection de Rich d’Omar Al-Zouhaïry.

 Mardi 16 mars à 17h : série de courts-métrages. À 19h, projection de As I Want.

 Mercredi 17 mars à 16h : conférence sur l’égalité et les droits des femmes. À 18h, projection de Soula de Salah Issaad. 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute