Culture Rencontre sur “La restitution des œuvres d’art à l’Afrique” à l’Esprit Panaf

Le continent “vidé” de ses richesses

  • Placeholder

Hana MENASRIA Publié 28 Mars 2022 à 09:18

Gravures rupestres, ouvrages, totems, masques… pour ne citer que ceux-là, sont les biens culturels pillés par les colonisateurs à l’Afrique. Afin d’apporter des éclairages sur cette problématique toujours d’actualité, une rencontre portant sur “Restitution des œuvres d’art à l’Afrique : vers un nouvel ordre muséal ?”, a été animée samedi à l’Esprit Panaf dans le cadre du 25e Sila. Le panel était composé de la romancière sénégalaise Fatoumata Sissi Ngom et l’historien et archéologue Abderrahmane Khelifa. Avant d’entamer leur communication, l’universitaire et modératrice Nawel Krim a tenu à rappeler que “90% du patrimoine africain se trouve en Europe”.

L’autrice de Le silence du totem – premier roman qui évoque la restitution des œuvres d’art- explique que “la fiction se veut un outil qui permet l’activation de conscience sur des sujets politiques. Le roman est aussi le moyen le plus approprié pour toucher les esprits et susciter une émotion chez le lecteur”. Pour Sissi Ngom, ces objets “volés” ne sont pas seulement des œuvres d’art, mais ont une connotation spirituelle pour certains États et tribus du continent noir. “La jeunesse africaine a besoin de ces œuvres ; elles ont été fabriquées par leur ancêtres ! Il faut que ces biens retrouvent leurs places !”, s’insurge-t-elle.

Pour sa part, Abderrahmane Khelifa a souligné dans le même sens au sujet de l’Algérie, qui a été spoliée de bon nombre de son patrimoine culturel par les colons français. Et sur leurs restitutions il a martelé “si les grands musées comme le Louvre ou ceux de Berlin et de Londres restituaient ces richesses, ils seraient vides ! Ce vol et cette destruction étaient dans l’intention de ‘prendre’ notre cerveau, notre mémoire”. Et de signaler : “L’Algérie a été vidée !” Ainsi les conférenciers estiment qu’il serait intéressant que les États africains entreprennent une démarche commune pour la récupération de ces œuvres d’art.

À rappeler que l’Esprit Panaf dirigé par l’universitaire Benaouda Lebdai, où il propose tous les après-midi, des rencontres intéressantes ayant trait au continent africain. 

 

H. M.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute