Culture “La vérité est en marche, rien ne l’arrêtera”, de Charles Silvestre, Gilles Manceron et Pierre Audin

Lumières sur les exactions de la France coloniale

  • Placeholder

Ali BEDRICI Publié 02 Mars 2022 à 09:49

© D.R
© D.R

La torture et les disparitions durant la guerre d’Algérie n’en finissent pas de hanter de nombreux Français en quête de vérité.

À l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, nombreux sont les événements culturels qui se déroulent en France en évocation de cette guerre aussi longue que meurtrière. Il en est ainsi de la sortie, début mars 2022, d’un livre intitulé La vérité est en marche, rien ne l’arrêtera, édité par L’Humanité, avec comme principaux auteurs Charles Silvestre, Gilles Manceron et Pierre Audin. Ce livre arrive vingt ans après l’Appel des douze à la condamnation de la torture durant la guerre d’Algérie, “dont il retrace le combat (…) dans la continuité du Comité Maurice-Audin fondé en 1957 à l’initiative de l’historien Pierre Vidal-Naquet et du mathématicien Laurent Schwartz”.

En septembre 2018, le président français, Emmanuel Macron, a demandé pardon à Josette Audin, la veuve de Maurice Audin, pour “l’assassinat de son mari par des militaires français” et lui a remis une déclaration solennelle “encourageant les recherches sur les disparus de la guerre d’Algérie”. Peu de temps après, Josette Audin s’est éteinte, le 2 février 2019, à Bobigny, dans la région parisienne, l’âme apaisée. Le titre de l’ouvrage est une référence à la célèbre phrase de l’écrivain français Émile Zola, prononcée après ses déboires avec la justice de son pays suite à l’affaire du capitaine Dreyfus dont il avait pris la défense.

En introduction, Charles Silvestre, l’un des auteurs, écrit : “Après soixante années de mensonge d’État, le président de la République a enfin reconnu, le 13 septembre 2018, pour Maurice Audin, puis le 2 mars 2021, pour Ali Boumendjel, que le mathématicien communiste et l’avocat indépendantiste avaient bien été torturés et exécutés, à Alger, en 1957.” Puis il ajoute : “Avec le rapport Stora sur la guerre d’Algérie et la colonisation, s’ouvre un "travail de vérité".” L’Humanité, qui en a été un acteur, particulièrement en 2000, avec l’Appel des douze, propose une réédition augmentée de La Torture aux aveux, qui rassemble des témoignages d’une grande portée.

En écho à la formule de Zola La vérité est en marche, rien ne l’arrêtera dans l’Affaire Dreyfus. Pierre Audin, le fils de Maurice et de Josette Audin, dans un texte inédit pour cette réédition, appelle à “la levée du Secret Défense permettant les recherches sur les disparus”. Charles Silvestre est journaliste, ancien rédacteur en chef du quotidien français L’Humanité fondé en 1904 par Jean Jaurès. Il est secrétaire national des Amis de L’Humanité et conférencier. On lui doit, entre autres : La Victoire de Jaurès (Privat SAS, septembre 2013) et Jaurès, la passion du journaliste (Le Temps des Cerises, 2010). Gilles Manceron, co-auteur du livre, est un historien spécialiste du colonialisme français et qui a écrit plusieurs ouvrages sur l’Algérie, dont L’Enseignement de la guerre d’Algérie en France et en Algérie, avec le chercheur Hassan Remaoun.

Enfin, le troisième collaborateur à l’écriture de La vérité est en marche, rien ne l’arrêtera n’est autre que Pierre Audin, le fils du martyr Maurice Audin, jeune mathématicien algérien assassiné en 1957 par les paras français lors de la Bataille d’Alger pour sa participation à la lutte de libération de l’Algérie. “L’apaisement des mémoires entre la France et l’Algérie me tient particulièrement à cœur du fait de mon histoire familiale”, soutient Pierre Audin, le plus jeune des fils de Maurice Audin. Mathématicien lui aussi, il avait un mois à l’arrestation de son père, dont il perpétue aujourd’hui la mémoire, ainsi que celle de toutes les victimes du colonialisme en Algérie.

 

ALI BEDRICI

 

La vérité est en marche, rien ne l’arrêtera, de Charles Silvestre, Gilles Manceron et Pierre Audin, éditions de L’Humanité, 156 pages, mars 2022.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute