Des Gens et des Faits 96e partie

LA BOURGEOISE

  • Placeholder

Yasmina HANANE Publié 06 Avril 2022 à 12:00

Résumé : Le bonheur de retrouver son ancien ami fera oublier à Ilhem ses malheurs passés. Leur souffrance mutuelle dénotait donc un amour qu’ils n’arrivaient pas à oublier. Ameur est sidéré par le comportement de Saléha. Que s’est-il donc passé ? Il appelle Mimouna pour lui demander des explications.

La vieille femme qui était affairée dans leur chambre accourt :
- Que se passe-t-il Ameur ? Pourquoi m’appelles-tu de ta voix des mauvais jours ?
- Je veux savoir ce qui se trime sous mon toit.
- Je ne te suis pas, mon cher mari.
- Que me cachez-vous tous ainsi ? Mordjana est malheureuse, ne tente surtout pas de me faire croire le contraire. Saléha est furieuse, et toi tu es silencieuse. Un trio qualificatif d’une situation qui ne promet rien de bon.
Mimouna essuie ses mains à son tablier, puis tire une chaise pour s’asseoir en face de son mari.
- Nous ne te cachons absolument rien. Saléha reproche à sa fille d’être venue directement chez nous sans passer par la maison parentale. Tu connais ta bru ; elle a toujours voulu avoir le dernier mot en tout, seulement…
Elle hésite et s’arrête, mais reprend devant le regard inquisiteur de son mari :
- Seulement, comme tu as dû le relever, Mordjana n’est plus la jeune fille timide et effacée d’autrefois. Elle est devenue une belle jeune femme, sûre d’elle et libre dans ses mouvements. Son précédent passage chez ses parents lui a laissé un goût d’amertume alors, pour trouver du réconfort, elle est venue chez nous.
- De quoi souffre-t-elle ?
- Heu… je… je ne sais pas si je dois t’en parler, Ameur.
Le vieil homme lance à sa femme un regard criminel et donne un coup sur le sol avec sa canne.
- Nous y voilà. Je savais bien que vous me cachiez tous quelque chose.
Il poursuit en donnant un autre coup de canne encore plus fort.
- Tu n’as donc pas appris durant ces longues années passées auprès de moi que je ne tolère pas les situations confuses. Je veux tout savoir et immédiatement. Gare à toi si tu t’amuses à prolonger le suspense.
Mimouna s’éclaircit la gorge.
- Je ne sais par quoi commencer.
Ameur se lève et brandit sa canne.
- Tu veux recevoir un coup sur la tête pour te rafraîchir la mémoire ?
Elle met une main devant son visage.
- Non, s’il te plaît, ne me fais pas rappeler ce temps lointain où je recevais une raclée à chaque fois que le déjeuner n’était pas prêt à l’heure ou lorsque la marmite oubliée brûle sur le feu.
- Cela ne tient donc qu’à toi. Ma patience a des limites, tu le sais bien.
- Alors écoute : Mordjana n’est pas malheureuse en ménage. Elle est plutôt en bons termes avec son mari et sa belle-famille. Samir l’aime et la respecte.
- Je l’ai remarqué lors de sa visite chez nous, c’est un brave garçon, et ce n’est pas de lui que le mal viendra.
- Heu… non, bien sûr que non. Cependant, Mordjana ne pourra pas être totalement heureuse si elle n’a pas d’enfant.
Il hoche la tête.
- Je le conçois moi aussi. Qu’attendent-ils donc pour avoir des enfants ?
- Ils attendent la clémence divine.
Ameur fronce les sourcils. Il commence enfin à saisir le sens des préoccupations de sa petite-fille.
- Tu veux dire que Mordjana
n’arrive pas à enfanter ?
- Heu… Mordjana a consulté des médecins, et Samir aussi. Ils sont tous les deux en excellente santé. Mais ils n’arrivent pas à concevoir d’enfant. Plus le temps passe, plus le désespoir gagne ta petite-fille.
- Uniquement ma petite-fille ?
- Surtout elle, Ameur. Mordjana aime Samir et veut le combler par la venue d’un enfant.
- Et lui ?
- Lui aussi aimerait être père, bien sûr, mais il est moins impatient qu’elle et a été jusqu’à lui proposer l’adoption dans le cas où tous leurs espoirs de voir leur rêve se réaliser seraient anéantis.
- Et Mordjana refuse cette fatalité.
- Oui. C’est pour cela qu’elle est venue vers nous. Vers moi. Elle a entendu parler de certaines thérapies traditionnelles, et je l’ai emmenée chez Lla Sakina pour des massages.
- Lla Sakina ? La vieille matrone ?
- Oui. Elle est plutôt optimiste et a demandé à Mordjana de repasser la voir pour d’autres séances.
Ameur hoche la tête.
- Et tout cela se faisait à mon insu.
Mimouna hoche la tête.
- Je ne pensais pas que le sujet allait t’intéresser. C’est plutôt une affaire de femmes.

À SUIVRE

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute