Des Gens et des Faits 98e partie

LA BOURGEOISE

  • Placeholder

Yasmina HANANE Publié 10 Avril 2022 à 12:00

Résumé : Mordjana subit une deuxième séance de massage. Plus en forme, elle supporte mieux les frictions de Lla Sakina sur son ventre, dont les muscles se ramollissent. Mimouna l’attendait. Ensemble, elles reviennent à la maison, alors qu’Ameur rend visite à sa bru, qu’il met en garde contre toute récidive de scènes dans sa maison, sous peine de lui couper les vivres.

Ameur avait rendu visite à sa bru pour la mettre en garde contre un éventuel retour chez lui… Il n’y est pas allé de main morte pour sermonner Saléha, la menaçant de lui interdire tout aide financière si elle ne se comportait pas correctement avec Mordjana. Saléha avait écouté silencieusement les reproches et les mises en garde de son beau-père. Elle respectait Ameur, mais ne pouvait se retenir de lui lancer des reproches de temps à autre ou de le mettre au pied du mur pour lui soutirer quelques sous. Le vieil homme se laissait souvent influencer par les arguments qu’elle avançait, car il n’aimait pas savoir ses petits-enfants endormis le ventre vide, ou se rendre à l’école sans les affaires requises ou sans chaussures. Mais cette fois-ci, il se montre imperturbable. Saléha ouvre la bouche pour se justifier, sans pouvoir placer un mot. Ameur a brandi sa canne et parlé d’une voix forte et autoritaire. Une voix qu’elle connaissait bien, car elle reconnaissait, dans ses éclats, le degré de la colère. Elle se confine donc dans un mutisme qui n’augure rien de bon, mais qui renseigne aussi sur ses appréhensions.
La veille de son retour à la maison, Mordjana est agréablement surprise par la visite de sa sœur Maroua. Après d’émouvantes retrouvailles, cette dernière reproche à sa sœur son silence à son égard :
-Je ne savais pas que tu étais venue. Maman ne nous a rien dit. Depuis que je travaille, je ne suis plus aussi libre de mes mouvements qu’auparavant. J’ai rencontré Laid ce matin, et c’est lui qui m’a appris ce qui s’était passé entre toi et notre mère… Quelle honte ! Elle ne pouvait donc pas discipliner sa langue au moins le temps de ton passage chez nous ?
Mordjana tapote l’épaule de sa sœur :
-Ce n’est rien… J’ai déjà oublié…
-Non mais tu te rends compte du mal qu’elle te fait ?
-Elle est comme ça ! Que peut-on y changer ? C’est son caractère.
-Tu peux le dire.... Saléha devient de plus en plus égoïste et jalouse des gens heureux…Même avec moi, elle devient distante, et a été jusqu'à interdire au reste de la famille de me rendre visite.
-Toi ? Pourquoi… ? Je pensais qu’elle ne pouvait me supporter car pour elle, la grande ville m’a métamorphosée au point de la dénigrer… Et puis, il y a aussi Samir qu’elle trouve hautain et snob ! Mais toi…Je ne comprends vraiment pas.
-Je te dis qu’elle devient égoïste… Peut-être même un peu folle…Elle mesure le degré de sa mal-vie à notre bonheur.
Mordjana soupire :
-A son dernier passage, elle a insisté pour connaitre les raisons de ma venue… J’ai fini par lui avouer que je n’arrivais pas à concevoir un enfant. C’était la goutte qui avait fait déborder le vase ! Elle n’a cessé de me reprocher mes mises en garde contre ses grossesses répétées et trouvait que ma stérilité n’est ni plus ni moins qu’un châtiment divin…Tu devines que la conversation a viré au vinaigre. Grand-mère est intervenue pour la remettre à sa place, ce qui a attisé sa colère.
La jeune femme se tait. Maroua lui entoure les épaules :
-Ne t’en fais pas. Un jour tu aura des enfants et tout cela ne sera qu’un mauvais souvenir… Allez dis-moi, pourquoi ne m’as-tu pas contactée ?
-Je ne voulais pas te déranger. J’ai appris que tu travaillais…
-Oui, je suis secrétaire dans un CEM…
-Tant mieux pour toi. Tu pourras au moins t’affirmer au sein de ta famille.
-Oui… Je me sens bien plus utile maintenant que j’ai décroché un job… Le travail en lui-même est une thérapie pour le moral….
Elle sourit :
-Comment va Samir ?
-Bien… On s’appelle tous les jours….
-Il t’aime tant…Je suis sûre qu’il souffre bien plus que toi de cette situation.
-Et je souffre justement de le voir souffrir en silence.
Elle regarde sa sœur puis lance :
-Grand-mère m’a emmenée chez une matrone pour des massages. Il parait qu’elle a la main pour ce genre de choses… Je me sens comme revivre depuis que je me rends chez elle. Durant trois séances, elle n’a pas lésiné sur des conseils forts utiles dans mon cas…
Maroua hoche la tête :
-Ces rituels font partie de nos traditions. Tu dois y croire de toutes tes forces si tu veux réussir dans tes tentatives d’avoir un enfant.
-C’est ce que Yemma Mimouna ne cesse de me répéter…La science n’a rien pu faire, autant se tourner vers les traditions.
-Parfois cela marche vraiment… Je connais beaucoup de femmes qui désespéraient d’avoir un enfant et qui ont fini par atteindre leur objectif en recourant à ces méthodes traditionnelles.
-J’ai tout tenté Maroua…Tout ce qu’on m’a conseillé… Cette dernière épreuve n’est pas pour me décourager…
-Eh bien, je souhaite de tout mon cœur que cela marche pour toi.
Elles passent un long moment à palabrer, avant que Maroua ne se lève pour rentrer chez elle. Mordjana la serre dans ses bras et réitère ses conseils quant au comportement qu’elle devrait adapter envers son mari et sa belle-mère.

À SUIVRE

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute