Des Gens et des Faits 100e partie

LA BOURGEOISE

  • Placeholder

Yasmina HANANE Publié 12 Avril 2022 à 12:00

Résumé : Mordjana rentre chez elle et raconte à Samir ses déboires. Égale à son comportement indigne, sa mère ne l’avait pas ratée cette fois encore. Compatissant, son mari lui demande d’oublier ce mauvais passage. Sa sœur Malika est venue passer quelques jours chez eux… Mordjana en est heureuse.

Deux jours passent. Mordjana a repris le travail. Tant qu’il y avait du monde à la maison, elle se sentait moins préoccupée. Malika entamait de longues conversations avec elle chaque soir. Se sentant en confiance auprès de sa belle-sœur, Mordjana lui raconte son déplacement récent au bled et les raisons qui l’ont menée à le faire. Compatissante, Malika la rassure. Tout ira bien pour elle. Les massages et les conseils de cette matrone prouvent qu’elle avait assez d’expérience pour provoquer un bon résultat. Hasna, qui avait suivi leur entretien le premier soir, hoche la tête et approuve la décision de sa belle-fille. Son voyage au bled pour consulter la vieille accoucheuse du village l’aidera peut-être à tomber enceinte prochainement.
À l’instar des femmes de sa génération, Hasna n’aimait pas trop les médecins et leurs diagnostics. Elle préférait les traitements traditionnels aux méthodes scientifiques.
Mordjana reprenait pied. Elle avait appelé sa grand-mère pour la rassurer sur son état, et cette dernière lui avait révélé que Saléha était passée le jour de son départ. Elle voulait s’excuser pour son comportement. Mais Mimouna ajoute que c’est sûrement Ameur qui l’avait forcée à le faire.
La jeune femme est déroutée. Tant de choses lui arrivaient ces derniers temps. Des idées se bousculaient dans sa tête jusqu'à lui provoquer des vertiges.
Samir l’avait sermonnée pour son impatience. Il lui avait même avoué que lui-même se sentait très las ces derniers temps. Il était surmené par son travail et ses recherches, et aurait plutôt besoin de retrouver du réconfort chez lui.
Un peu honteuse de son attitude, Mordjana se promet de se comporter plus correctement. Pour commencer, elle change de look. Une idée pour reprendre confiance en elle. Elle a opté pour une nouvelle coupe de cheveux et s’est acheté deux jolies tenues de printemps qui mettent en valeur son teint et sa nouvelle coiffure. Samir est ravi. Il aimait la voir s’occuper de sa petite personne, prouvant ainsi qu’elle reprenait goût à la vie et qu’elle oubliait son chagrin. Elle avait aussi l’intention de passer son permis de conduire et s’était inscrite pour les premières leçons de code de la route.
Malika avait applaudi ses initiatives et l’avait encouragée à aller de l’avant. Elle-même conduisait et savait que les femmes évoluées ne veulent plus rester à l’écart du progrès et des temps modernes. Avoir son permis en poche et conduire son propre véhicule prouvent que la femme n’attend plus pour démontrer qu’elle est capable de s’assumer. Fini les temps où les maris étaient sollicités à tout bout de champ et pour n’importe quelle raison.
Motivée, Mordjana se promet de faire des économies afin de se permettre un petit véhicule, et elle s’ouvrit à Samir, qui lui promit de l’aider à l’acquérir.
Pourtant au fond de lui-même, le jeune homme rêvait de revoir Ilhem ! Bien qu’il désirât passer l’éponge sur leur dernière rencontre, il ne pouvait s’empêchait de repenser à elle. La façon dont il avait mis fin à leur relation le torturait encore. Il savait qu’au fond de lui-même, un ouragan menaçait de l’engloutir. Il ne pouvait rien contre cette furieuse envie de revoir son ex-fiancée.
À plusieurs reprises, Ilhem avait tenté de le contacter. Mais à chaque fois, il avait préféré éteindre son portable pour ne pas succomber à la tentation de lui répondre. Il fuyait une réalité qui le rendait malade et lui faisait ressentir sa faiblesse. Il lui avait lui-même proposé de la revoir de temps à autre, et maintenant il ne savait plus s’il allait tenir parole. Il n’arrivait pas à retrouver sa sérénité, lui qui avait toujours su faire face aux situations complexes, et se dit que maintenant que Mordjana occupait plus agréablement son temps, il avait le droit de s’évader de temps à autre pour oublier lui aussi les mauvais moments. Ces derniers temps, une fatigue nerveuse le taraudait. Il travaillait trop et ne se reposait pas assez, d’autant plus qu’il souffrait d’insomnies. Samir jette un coup d’œil à son reflet dans la glace de la salle de bain. De profonds cernes creusent ses yeux. Il venait de se raser, et constata que ses joues étaient émaciées. Des collègues lui avaient déjà fait cette remarque. Il perdait du poids. Il s’était surpassé avec Mordjana afin d’équilibrer leur vie conjugale, ce qui n’était pas une mince affaire. Il se passa un peu d’eau sur son visage et prit une serviette pour s’essuyer. Il était 10h. Mordjana était partie au travail, et sa mère au marché. La maison était silencieuse. Son père n’avait pas réapparu depuis une semaine, mais il n’en eut cure. L’habitude avait fini par les discipliner aux rythmes de ses évasions. Il se surprend à l’envier. Lui au moins, il avait trouvé le moyen d’oublier l’amère réalité de l’existence en noyant ses ennuis dans une bouteille de vin.

À SUIVRE

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute