Des Gens et des Faits 63e partie

“LES SACRIFICES...”

  • Placeholder

Adila KATIA Publié 13 Avril 2022 à 12:00

Résumé : Un jour, Lisa reçoit un mail de son frère. Il lui apprend qu’il fréquente une Américaine d’origine libanaise. Une fois la joie passée, elle lui répond. Elle ne peut s’empêcher de penser qu’il ne la trouverait pas aussi exceptionnelle si elle n’était pas Américaine. Il vit dans un pays où toute erreur peut être fatale.

-As-tu trouvé une réponse ?
-Non, toujours rien maman ! S’il y a quoi que ce soit, je t’appelle, promet Lisa.
Toutes deux s’attendaient à ce qu’il réponde après lecture du mail, mais aucun signe de lui depuis ce jour-là. Lisa a appelé les numéros qu’elle possède et elle est déçue d’entendre qu’ils ne sont plus attribués.
Plusieurs jours passent, et au moment où elle ne s’y attend pas, elle est en train de travailler dans son bureau au laboratoire, elle reçoit plusieurs fichiers et des vidéos courtes. Un seul message les accompagne : “Le plus beau jour de ma vie”.
Elle n’en revient pas en ouvrant les fichiers. Ce sont des photos de mariage. Maysane est très belle. Lisa comprend pourquoi son frère s’est empressé de se marier. Il rayonne de bonheur. Elle est surprise de voir son mari à leurs côtés. Il était présent et au courant de tout ce que faisait son frère. Deux mois qu’elle n’avait plus eu de nouvelles de lui. Elle lui en veut de ne pas donner signe de vie et de ne pas la tenir au courant. Elle avait même cru qu’il avait faussé compagnie à son frère et qu’un jour, elle recevrait un message pour lui dire que son mariage appartenait au passé. Elle ne le comprend pas. Son silence la perturbe. Lisa finit son travail, après avoir confié les photos qu’elle a copiées dans une clef USB, à un collègue, pour qu’il aille les lui développer. Deux heures après, elle décide de prendre son après-midi et rentre à la maison. Elle remet les photos à sa mère qui croit rêver pendant un moment, et lorsqu’elle réalise qu’il s’agit du mariage de son fils, elle se met à pousser des youyous assourdissants. Les voisines accourent, et Lisa ignore comment, mais quelqu’un a allumé la chaîne et a mis de la musique. Une ambiance de fête est installée. Jamais elles n’ont été aussi heureuses. Maria débarque avec sa petite famille, le temps d’un week-end. Un temps suffisant pour apporter les sujets personnels, les échecs et aussi pour éclaircir les malentendus. Et même en provoquer d’autres.
Maria comprend son beau-frère.
-Avec ton mauvais caractère, c’est normal qu’il veuille mettre autant de kilomètres entre vous ! Ensuite, tu as refusé d’avoir des enfants ! N’est-ce pas suffisant pour lui mettre la pression et le pousser à partir ?
-Pour moi, on avait le temps ! J’ignorais qu’il avait en tête de partir en voyage ni même de s’exiler ! Je croyais qu’on avait toute la vie et qu’on ne serait jamais séparés ! C’est vrai que maintenant qu’il est là-bas, il sera difficile de tomber enceinte. D’ailleurs, depuis qu’il est parti on ne s’est pas parlés ! J’ignore ce qu’il compte réellement faire !
-Tu finiras par le savoir ! Avec notre frère, s’il n’a pas tiré un trait sur votre mariage, ma chère, il faudra te calmer et être plus tolérante ! Quand il reviendra, ne le fais pas fuir !
-S’il revient, reprend Lisa. Je ne crois pas qu’il reposera les pieds ici avant longtemps ! Il veut vivre là-bas, c’est évident !
-Mais tu pourras le rejoindre, l’interrompt sa sœur. Rien ne t’en empêche !
-Il n’a jamais été question pour moi d’aller vivre à l’étranger ! S’il décide de rester aux USA, moi je ne le rejoindrai pas !
-Tu ne peux tout de même pas briser ton foyer ! Au contraire, c’est une chance pour toi ! Sinon comment finira son mariage ? Tu devrais réfléchir à la question, lui conseille Maria. Si j’étais toi, je ferais mes papiers !
Mais Lisa n’est pas d’accord.
Elle se voit mal partir et abandonner leur mère. Elle se pose souvent la question et elle ignore comment son mariage finira. Elle a le temps de réfléchir vu que son mari tarde à reprendre contact avec elle. Lorsque le mail tant attendu arrive où il lui demande de préparer son passeport, elle a déjà pris sa décision.

À SUIVRE

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute