Économie Salon international SIAHA à Oran

À l’ombre du traumatisme de la crise sanitaire

  • Placeholder

Said OUSSAD Publié 14 Mars 2022 à 10:10

Une centaine d’exposants ont participé à la 12e édition du salon Siaha, tenu au Centre des conventions Mohammed-Ben-Ahmed à Oran. © D.R
Une centaine d’exposants ont participé à la 12e édition du salon Siaha, tenu au Centre des conventions Mohammed-Ben-Ahmed à Oran. © D.R

Le salon Siaha s’est ouvert, hier, sous le thème “La relance des activités touristiques et hôtelières à l’ère de la Covid”.  

Placé sous le signe de la relance, le salon Siaha se déclinant sous une double fenêtre, “tourisme, voyages et transports” et “équipements hôteliers, services et restauration”, s’est ouvert, hier, au Centre des conventions Mohammed-Ben-Ahmed à Oran. “La relance des activités touristiques et hôtelières à l’ère de la Covid”, tel est le thème, d’actualité, pour la centaine d’exposants présents à cette 12e édition qui espèrent que le plus dur est passé. Une note d’espoir qu’on retrouve dans les déclarations des professionnels du secteur après plusieurs mois d’inactivité. 

Pour Hachemi Djelloul, le directeur commercial et marketing de l’hôtel Royal Oran MGallery, “la crise sanitaire a engendré une crise économique” qui a impacté le secteur “très sensible” de l’hôtellerie qui “dépend d’autres secteurs comme celui des transports”. Selon lui, le secteur a été le premier à être touché durant cette pandémie, qualifiant l’an 2020 de “chaotique”. L’année dernière a été porteuse d’un début d’espoir avec une reprise économique inattendue, indique-t-il, mais très vite rattrapée par la morosité ambiante durant le premier trimestre de 2021. 

Concernant la proximité des Jeux méditerranéens, Hachemi Djelloul estime que “certes, ils représentent un boost pour l’activité hôtelière et de restauration directement ou indirectement, ainsi que d’autres secteurs. Cependant, cette impulsion n’est pas suffisante à cause du temps imparti à cet événement”. Paradoxalement, si les effets de la crise sanitaire ont été désastreux sur le secteur hôtelier, ils ont presque été une bénédiction pour le tourisme domestique, de l’avis même de Mohamed Atriche, DG du complexe la Gazelle d’or. “À partir de là, les Algériens se sont intéressés davantage au Sud”, explique-t-il, alors qu’auparavant, ils préféraient partir en Tunisie, au Maroc ou en Turquie, “mais avec les restrictions sanitaires, ils ont découvert qu’on avait un beau désert”.

Pour encourager cette nouvelle tendance, il assure que beaucoup d’efforts ont été consentis sur les tarifs en instaurant des offres promotionnelles saisonnières. Quant à l’été, saison morte au Sud par définition, Mohamed Atriche s’attelle à cibler les Algériens de la diaspora “qui rentrent chez eux pour les faire profiter de nos infrastructures”. Selon lui, la tendance actuelle est à la promotion du tourisme saharien à l’étranger. Un marché très concurrentiel où la Tunisie se taille la part du lion sur le plan régional, nonobstant le fait qu’elle ait essuyé cette pandémie de plein fouet. Pour Foued Eloued, le directeur de l’Office national du tourisme tunisien, “le tourisme, d’une façon générale, a subi de fortes régressions sur le plan international”. Chiffres à l’appui, la pandémie a fait beaucoup de mal au secteur du tourisme chez nos voisins de l’Est, puisqu’en 2019, la Tunisie a enregistré 9,5 millions de touristes dont un peu plus de 2,9 millions d’Algériens. En 2021, ils étaient 2,5 millions à avoir visité le pays.

Concernant la reprise avec les touristes algériens, notre interlocuteur espère une prochaine ouverture des frontières terrestres, d’autant plus que 94% du flux touristique passent par les postes frontières. Si, aujourd’hui, avec 14 vols par semaine, on est encore loin des 35 vols hebdomadaires réguliers, la situation semble revenir graduellement à la normale si l’on considère qu’en juin 2021, il n’y avait que 2 vols par semaine. 

Signalons la conférence de presse animée par LG Electronics Algérie, qui participe à cette édition du salon, pour présenter ses solutions optimisées aux opérateurs du secteur de l'hôtellerie et du bâtiment, en offrant ses services et solution de climatisation centralisée. Pour ce faire, la marque sud-coréenne offre des produits dotés des dernières technologies, inventions et créations de LG Electronics Air Solution qui tablent sur une faible consommation énergétique, réduisant ainsi les coûts d’exploitation, tout en assurant un confort maximal et un impact environnemental réduit. 

Par ailleurs, et au programme du salon, une série de conférences portant sur le secteur du digital et l’innovation, sur l’hospitalité, ainsi que plusieurs formations proposées gratuitement aux opérateurs touristiques et agents de voyages. Un concours culinaire sera également organisé, entre étudiants en hôtellerie et restauration, dans le but de valoriser et encourager la profession de la restauration et des métiers de bouche.

 


SAïD OUSSAD

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute