Économie Fin des bidons de 5 litres d’huile de table

Une curieuse mesure qui n’a pas fait long feu

  • Placeholder

Kouceila TIGHILT Publié 12 Mars 2022 à 11:10

Étrange retournement de situation. Annoncée par la directrice du commerce jeudi dans la matinée, en conseil de wilaya, la décision de mettre fin à la distribution de l’huile de table en bidon de 5 litres aux consommateurs a été démentie en fin de journée par la même direction. La responsable en question a expliqué que la distribution de l’huile se fera désormais et uniquement en bidons de 1 l et 2 l pour le consommateur et de 10 l pour les professionnels, notamment les fast-foods et restaurants. Mme Nadhira Fathi a estimé que c’est la seule manière de mettre fin à un certain comportement du consommateur. “Il y a une surconsommation et une surdemande d’huile en bidon de 5 l, ce qui a créé la pénurie, alors que le produit est largement disponible en bouteilles de 1 et 2 l.

Nous avons plus de 53 000 l en stock”, a-t-elle, en effet, indiqué, lors de ce conseil consacré notamment à la préparation du mois de Ramadhan prochain. Mais voilà qu’à 17h, la même Direction du commerce diffuse un communiqué sur sa page officielle pour démentir avoir fait une telle déclaration. “Il est porté à la connaissance des commerçants et citoyens de la wilaya de Tizi Ouzou qu’aucune déclaration n’a été faite par Mme la directrice du commerce de la wilaya à quelque média que ce soit. De même, aucune décision d’interdire la commercialisation du bidon d’huile de 5 litres n’a été décidée par les pouvoirs publics, et toute publication sur les réseaux sociaux contraire à cela n’est que mensonge et diffamation”, lit-on dans ledit communiqué.

Mesure controversée ? En tout cas, l’annonce a vite provoqué un tollé sur les réseaux sociaux et, depuis, le commun des citoyens ne cesse de s’interroger sur ce qui s’est produit entre le temps de l’annonce et le démenti. Outre l’huile de table, la même responsable a rassuré que des mesures ont été aussi prises pour assurer la disponibilité de la semoule. Un autre produit sensible qui connaît une tension depuis quelques jours. En effet, dans certains commerces de la wilaya, la semoule commence à disparaître des étalages. Une situation qui a amené les autorités locales à prendre des mesures urgentes dont l’approvisionnement de la wilaya de Tizi Ouzou depuis Baghlia, à Boumerdès. “La wilaya de Tizi Ouzou sera approvisionnée dès aujourd’hui, en semoule, par la wilaya de Boumerdès”, a indiqué la directrice du commerce, tout en soulignant que, paradoxalement, la quantité de semoule produite par l’unique producteur privé local, à Draâ Ben-Khedda (Tizi Ouzou), est destinée à d’autres wilayas. “Un paradoxe”, a-t-elle relevé. 

Dans ce sillage, elle a affirmé que sur les 550 quintaux/jour de semoule produite par ce producteur de Draâ Ben-Khedda, 441 quintaux sont vendus hors wilaya. Et pour cause. La qualité de la semoule produite ne serait pas appréciée par le consommateur local. “Le consommateur est exigeant, c’est pourquoi, elle est vendue hors wilaya”, a-t-elle soutenu. Un prétexte qui n’avait pas vraiment convaincu le wali de Tizi Ouzou, Djilali Doumi, qui, lors de son intervention, a demandé d’aller chercher les vraies raisons du problème, en estimant que cette situation est anormale. “On ne peut pas vendre notre production locale pour une autre wilaya et aller chercher notre part de semoule, aussi, dans une autre wilaya. Il faut situer le vrai problème. C’est même intolérable”, a insisté M. Doumi pour qui, la raison est peut être liée au fait que cette semoule ne s’adapte pas aux mets locaux. “Ce producteur doit s’adapter aux exigences du consommateur local”, a-t-il relevé. 

Par ailleurs, et à propos de la préparation du mois de Ramadhan, la directrice du commerce a annoncé une série de mesures, affirmant que la Chambre de commerce et l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) ont été saisies, afin de sensibiliser les opérateurs activant dans le secteur de l’agro-alimentaire, à l’effet d’organiser des ventes promotionnelles de leurs produits, directement aux citoyens, à partir de leur usine ou leurs points de vente. “Nous avons aussi invité les gérants des supérettes et des grandes surfaces, afin d’organiser des ventes promotionnelles et de veiller à la disponibilité des produits”, a-t-elle noté, tout en annonçant l’organisation d’une caravane de solidarité en faveur des démunis de la wilaya de Tizi Ouzou. 

 


K. Tighilt

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute