Éditorial

Riposte

  • Placeholder

Hamid SAIDANI Publié 14 Janvier 2022 à 23:54

Alors que nous n’en avons pas terminé avec le variant Delta dont les contaminations repartent à la hausse pour une quatrième vague qui s’est déjà installée, l’Omicron arrive à une vitesse grand V et bouscule son congénère. La Covid imprime ainsi, depuis deux années, la cadence au fonctionnement du monde. Le virus mue, se tranforme, évolue, se propage en vagues successives, bouleversant les habitudes et perturbant les économies.

Les sociétés s’adaptent aux nouveaux aléas sanitaires en consentant un effort collectif de respect des gestes barrières et des mesures de protection pour tenter de juguler l’insondable virus.  Mais toute cette débauche d’énergie semble  un coup d’épée dans l’eau tant toutes les mesures prises au niveau des gouvernements n’ont pu empêcher la pandémie de perdurer deux ans après son éruption. L’Algérie ne pouvait, évidemment, être en marge de ce qui se passe dans le monde, pour des raisons liées principalement aux échanges humains et à l’interconnectivité des territoires. 

C’est pour cela que n’importe quel variant de corona détecté quelque part à travers la planète finit inéluctablement par pointer le bout de son nez chez nous. Quelles que soient donc les mesures prises pour l’en empêcher, ce n’était, finalement qu’une question de temps, comme l’avaient prédit les épidémiologues. Et si les premiers cas d’Omicron ont été recensés dans notre pays il y a quelques jours seulement, la courbe d’évolution des contaminations confirme, pour sa part, les prévisions des spécialistes quant à l’extrême contagiosité du nouveau virus.

Cette propagation rapide du variant Omicron, couplée à la flambée du Delta, commande de mettre les bouchées doubles pour éviter le pire. Et si les autorités sanitaires sont, naturellement, appelées à préparer les structures hospitalières à recevoir les malades, les citoyens, pour leur part, sont dans le devoir d’apporter la contribution nécessaire pour contenir la nouvelle vague. 

Il s’agit surtout de respecter, en tout lieu et à tout instant, les gestes barrières et d’éviter dans la mesure du possible la fréquention des lieux populeux qui sont autant de dangereux clusters viraux. L’apport du citoyen à la lutte contre la pandémie doit aussi concerner la vaccination. Car il est aujourd’hui démontré que la plupart des cas de Covid les plus graves concernent les personnes non vaccinées. La prise de conscience citoyenne reste une des clés les plus efficaces pour venir à bout du danger qui nous guette. ■ 

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute