L’Algérie profonde Draâ El-Mizan (Tizi Ouzou)

42 familles relogées

  • Placeholder

Ghilès O. Publié 03 Mars 2022 à 09:22

© D.R
© D.R

Le problème des cités précaires et des bidonvilles à Draâ El-Mizan, au sud-ouest de Tizi Ouzou, est définitivement réglé. En effet, après plus de trois mois de bras de fer entre les 42 pré-bénéficiaires de logements RHP et le chef de daïra, les clés ont été remises aux familles restantes de la liste après le passage de plusieurs commissions d'enquête. “Nous sommes soulagés. 

C'est notre droit absolu. Il faut reconnaître que nous avons souffert dans ces habitations de fortune”, souligne Malik, un des bénéficiaires. Cette opération clôt définitivement le problème des cités précaires, à savoir la cité de l'Indépendance, Boufhima, Maâmar et Tazrout. Ces dernières sont désormais rayées de la carte tant les autorités ont procédé à leur démolition totale dès le départ de leurs occupants. Selon Ali, l’un des 42 derniers bénéficiaires, l'opération de démolition a été lancée en novembre dernier. Seulement, dit-il, certains des occupants avaient déjà leurs décisions et avaient réglé les frais d'entrée, mais la commission chargée de la démolition ne voulait pas leur remettre les clés de leurs logements.

Il ajoute : “Notre situation est un peu compliquée parce qu'il y avait des litiges. Nos parents ont été déjà recasés depuis plus d'une année et les habitations que nous occupions ensemble ont été démolies. Nous étions alors contraints de louer des appartements ailleurs en attendant la livraison du projet. Nos pré-affectations remontent à 2017, après le passage de toutes les commissions d'enquête.” De son côté, Boualem, un autre bénéficiaire, rappelle qu'ils ont fermé le siège de la daïra plusieurs fois avant que leur situation soit réglée. 

À noter que la commune de Draâ El-Mizan a bénéficié de plus de 500 logements dans le cadre du programme d'éradication de l'habitat précaire. Quant au logement social, c'est toujours la pression. Même si la municipalité a eu un quota conséquent de plus de 1 000 logements, pas moins de 4 000 dossiers sont en attente. Dernièrement, des demandeurs de logement ont observé un rassemblement devant le siège de la daïra pour exiger l'affichage de la liste des bénéficiaires du quota de 260 logements restants au pôle urbain du 1er-Novembre 1954. “Pourtant, lors de l'affichage de la liste des 636 logements en 2018, les services de la daïra avaient promis d'afficher la liste des bénéficiaires. À quand cette liste ?”, se demande Hocine, un postulant. 

 


O. Ghilès

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute