L’Algérie profonde SÉTIF EL-KHIR AU CHEVET DE DEUX COMMUNES D’EL-M’GHAÏR

Des consultations pour 1 250 patients

  • Placeholder

Faouzi SENOUSSAOUI Publié 27 Mars 2022 à 09:52

© D.R
© D.R

La caravane médicale qui a conduit vendredi pas moins de 80 médecins spécialistes, généralistes, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, paramédicaux et gestionnaires de l’association des caravanes médicales Sétif El-Khir dans la commune de Djamâa, à 60 km au sud du chef-lieu de la wilaya d’El-M’ghaïr, a été on ne peut plus bénéfique pour la population de la région. En effet, durant la première journée de l’activité de l’association au niveau du lycée Hassani-Lakhdar, transformé en un grand hôpital, les médecins de Sétif ont assuré 1250 consultations spécialisées et ont délivré gratuitement pas moins de 600 ordonnances aux démunis et aux citoyens n’ayant pas une couverture sociale.

Selon le président de l’association spécialisée dans l’organisation des caravanes médicales à travers la wilaya de Sétif et les wilayas du pays souffrant de couverture sanitaire spécialisée, les spécialités qui ont connu un grand nombre de personnes qui se sont présentées sont l’ophtalmologie, la cardiologie, l’hypertension, ainsi que l’ORL. “Nous avons constaté que la population de cette région est très mal prise en charge, notamment pour certaines spécialités inexistantes au niveau de certaines communes. En effet, certains citoyens n’ont pas les moyens de se déplacer vers Touggourt, Biskra, El-Oued ou Alger et ne peuvent même pas se payer des examens souvent coûteux. Pour toutes ces raisons ils peuvent abandonner les soins et du coup leur état se dégrade.

Parfois quand on reçoit des patients qui n’ont pas été suivis et pas pris en charge à temps, on ne peut rien faire”, nous dira Dr Mohamed Bachir Benkhodja, qui nous expose le cas d’un enfant venu avec sa mère lors de la consultation de vendredi. “Souffrant d’une importante insuffisance aortique (la valve ne peut se fermer complètement et laisse passer le sang dans le sens inverse) et dont le muscle cardiaque commence à se dilater, cet enfant qui n’a jamais été chez un médecin et qui a un sérieux problème cardiaque qui nécessite une prise en charge dans les brefs délais, voire une intervention à cœur ouvert, sera pris en charge par notre association”, nous dira Dr Benkhodja, cardiologue et président de l’association les caravanes médicales Sétif El-Khir, qui a diagnostiqué la pathologie dont souffre l’enfant de Djamâa à l’aide de l’échocardiographie.

Il est à noter que les équipements mis par des bienfaiteurs à la disposition de l’association sont très utiles et rendent de grands services aux patients. Il est à rappeler que d’importants équipements portables sont utilisés par les médecins bénévoles des caravanes. Pour la deuxième journée, les médecins seront au chevet des habitants de la commune de Tendjla, où ils installeront leur hôpital au niveau du lycée Solltani-Amor, à 25 km de Djamâa.

 

 

FAOUZI SENOUSSAOUI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute