L’Algérie profonde (BOUNOUH) Tizi Ouzou

Deuxième édition de la fête des plantes médicinales

  • Placeholder

Ghilès O. Publié 14 Mars 2022 à 09:56

© D.R
© D.R

Après le succès obtenu l’année dernière, les trois associations Ilmezyen n’Bounouh, Moh Saïd-Oubélaïd et Akal d Izuran, de la localité de Bounouh dans la daïra de Boghni, ont décidé de relancer la 2e édition de la fête des plantes médicinales du 18 au 20 mars à la bibliothèque communale Farid-Ali du chef-lieu communal. Selon les organisateurs, cette édition est un hommage à deux grands monuments de la chanson algérienne en général et de la chanson kabyle révolutionnaire en particulier, en l’occurrence les regrettés Moh Saïd Oubélaïd et Farid Ali, respectivement connus pour leurs deux chansons phares A ya rach n’tmurith et A yemma aâzizen u retsru. Ce rendez-vous, qui sera organisé en collaboration avec l’APW, la direction de la jeunesse et des sports, la direction de la culture, l’office des établissements de jeunes de Tizi Ouzou et l’APC, aura à son menu un programme riche et varié. 

Pour le premier jour, en plus de l’exposition permanente de plantes médicinales cueillies dans cette région montagneuse du Djurdjura et des produits du terroir, les visiteurs auront le plaisir et l’occasion de revisiter les parcours de ces deux icônes de la chanson algérienne à travers des coupures de journaux et des photos relatant leur vie d’artiste et leur engagement aux côtés de leurs frères déployés dans les maquis à la quête de l’indépendance du pays. Une stèle érigée à la mémoire du regretté Moh Saïd Oubélaïd, par l’association qui porte son nom, sera inaugurée au chef-lieu communal. Ces premières activités seront suivies par une conférence sur les bienfaits et la préservation des plantes médicinales, animée conjointement par M. Mihoubi, professeur à l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou et Aziz Mahdi, chef du secteur de Tala Guilef du Parc national du Djurdjura. 

Dans l’après-midi, le public aura droit à un documentaire sur l’histoire de l’aârch n’Ath Smaïl. Pour le deuxième jour, les organisateurs ont programmé une visite aux enfants au musée du Parc national du Djurdjura sis à Tizi n’Tléta (daïra des Ouadhias), un atelier de dessin pour enfants en relation avec les plantes médicinales et un match de football entre les jeunes talents de l’école de football d’Ath Smaïl avec ceux de Aïn Zaouïa en hommage aux jeunes de l’aârch n’Ath Smaïl décédés à Bounouh durant ces cinq dernières années suite à diverses causes dont le phénomène de la harga. Dans la matinée, les femmes du village seront initiées au tri sélectif. 

Avant la cérémonie de clôture qui aura lieu dans l'après-midi de ce 20 mars, Aziz Mahdi, responsable au PND, axera son intervention sur la préservation de la nature. “Pour cette deuxième édition qui se déroule dans un contexte favorable grâce à l’amélioration de la situation sanitaire, nous tenterons de rassembler le maximum de plantes médicinales, car utilisées par de nombreuses personnes comme alternative à la médecine moderne”, a confié Saïd Méziani, président de l’association Ilemzyen n’ Bounouh. 

 


O. Ghilès

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute