L’Algérie profonde À l’initiative de la protection civile à Tizi Ouzou

Formation au profit des secouristes volontaires

  • Placeholder

Kouceila TIGHILT Publié 08 Mars 2022 à 18:52

© D. R.
© D. R.

La direction de la Protection civile (DPC) de la wilaya de Tizi Ouzou a entamé, à l’occasion de la Journée mondiale de la Protection civile, un cycle de formation au profit des secouristes volontaires de proximité (SVP) visant à expliquer le plan Orsec, qui est un programme d’organisation des secours en cas de catastrophe.

“Il faut savoir que depuis 2010 nous avons formé quelque 2 900 secouristes sur les premiers secours. Seulement, depuis fin 2019, on a été contraint d’arrêter ces formations à cause de la pandémie de Covid-19”, a expliqué le directeur de la DPC, Chabour Abdelhakim, ajoutant que l’objectif de ces formations est d’arriver à former le maximum de personnes aux premiers secours.

“On espère reprendre bientôt ces formations qui sont très bénéfiques pour la société. On espère aussi avoir un secouriste dans chaque famille car ces gestes peuvent sauver des vies humaines”, a-t-il insisté.

D’ailleurs, a-t-il souligné, une convention exceptionnelle a été signée récemment avec l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou pour former des étudiants aux premiers secours. “Nous avons déjà formé quatre groupes”, a-t-il indiqué, tout en relevant la nécessité d’avoir des secouristes de proximité. 

Pour ce qui est de la formation des secouristes volontaires sur le plan Orsec, le directeur de la DPC a affirmé qu’il s’agit surtout de garder le contact avec ces volontaires, de remettre à la page leurs connaissances et puis leur expliquer le plan Orsec avec, notamment, des notions sur son contenu et sur son application en cas de catastrophe. Par ailleurs, la même source a indiqué que ce cycle de formation touche également les secrétaires généraux des communes et des daïras. 

Il est question d’expliquer amplement ce plan d’urgence qui permet une mise en œuvre rapide et efficace de tous les moyens de secours. “Actuellement, il y a une autre vision et une actualisation du plan Orsec au niveau de notre wilaya”, a expliqué M. Chabour, tout en indiquant que les SG des communes et des daïras sont appelés à maîtriser ce plan d’intervention.

“Ils doivent savoir comment réagir en cas de sinistre, d’autant plus qu’on est aux portes de l’été”, a-t-il estimé. 

“Dans ce plan, il y a trois étapes importante, à savoir l’étape d’urgence, l’étape de contrôle et d’évaluation et, enfin, l’étape de la reconstruction”, a étalé notre interlocuteur, ajoutant que cette formation a même touché l’exécutif de wilaya, avant de lancer un appel aux différents secrétaires généraux des communes et des daïras qui ont des appréhensions concernant l’application du plan Orsec de se rapprocher de la Protection civile pour de plus amples informations.

“Nos portes sont ouvertes pour mieux leur expliquer les différentes étapes de mise en place, de gestion et des règles particulières de déclenchement de ce plan d’urgence”, a-t-il insisté. 
 

K. TIGHILT

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute