L’Algérie profonde formation professionnelle à Tizi Ouzou

Les établissements privés mis en demeure

  • Placeholder

Kouceila TIGHILT Publié 22 Mars 2022 à 18:26

Siège de la direction de l’enseignement et de la formation professionnels (DFEP) de Tizi Ouzou. © D. R.
Siège de la direction de l’enseignement et de la formation professionnels (DFEP) de Tizi Ouzou. © D. R.

La  DFEP  a  procédé,  au  début  du  mois,  à  l'installation  d’une commission Ad hoc, créée pour concevoir des outils de travail devant permettre à ses établissements de cerner les motifs réels   des déperditions d'apprenants enregistrées durant le cursus de formation engagé.

La   multiplication, sur  les  réseaux  sociaux,  d’offres  de  formation diplomantes alors qu’elles ne figurent pas dans la nomenclature officielle, a fait réagir la direction de l’enseignement et de la formation professionnels (DFEP) de Tizi Ouzou, qui a mis en garde sur la “crédibilité” de ces diplômes. 

En effet, la DFEP a expliqué dans un communiqué, à l’adresse des jeunes désireux suivre de cycles de formation, que les informations insérées sur les pages des réseaux sociaux émanant des écoles, associations et autres académies portant organisation de session de formation et avec mention “sanctionnée par un diplôme d’État délivré par le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels”, n’ont aucun lien avec son secteur.

Elle a encore expliqué que ces diplômes ne sont pas reconnus par l’État. “Et afin de protéger nos citoyens des publicités mensongères et de la désinformation, nous attirons leur attention sur la délivrance de ces diplômes qui ne sont pas soumis aux dispositions réglementaires, administratives et pédagogiques en vigueur dans le secteur. Ils sont considérés non reconnus”, a rapporté le même document. 

La DFEP expliquera également que ceux et celles qui prétendent être en mesure de délivrer ces diplômes sont même exposés à des sanctions réglementaires.

Pour  la  DFEP, les  diplômes  d’État, à  savoir  le  certificat  de  formation professionnelle spécialisée (CFPS), le certificat aptitude  professionnelle (CAP), le certificat de maîtrise professionnelle (CMP), le brevet de technicien (BT), le brevet de technicien supérieur (BTS) ainsi que le certificat de qualification professionnelle (CQP), ne sont délivrés que par l’établissement public de formation professionnelle après un examen final sur la base d’une convention signée entre les deux parties à savoir, l’établissement privé et l’établissement public.

Par ailleurs, la DFEP a procédé, au début du mois, à l'installation d’une commission Ad hoc, créée pour concevoir des outils de travail devant permettre à ces établissements de cerner les motifs réels des déperditions d'apprenants enregistrées durant le cursus de formation engagé.

“L’objectif recherché reste l'accompagnement de l'apprenant à réussir sa scolarité tout en lui assurant une orientation capable de lui faciliter l'insertion professionnelle”, a expliqué la DFEP.

“Des propositions seront consignées pour leur enrichissement. C'est ce projet qui fera l'objet de document de base à soumettre aux établissements pour étude avant sa mise en œuvre effective une fois validé par la tutelle”, a-t-elle ajouté. 

À noter que selon les derniers chiffres communiqués par la DFEP, le secteur de la formation professionnelle  à  Tizi Ouzou  compte  un  effectif de 14 684 stagiaires dont 3000 nouveaux inscrits en février dernier. 

Pour l'offre de formation en mode présentiel, elle compte 1814 inscrits pour une offre de 2185 places  pédagogiques.  Pour  ce  qui  est  des  offres de formation,  la  DFEP  a  présenté  une  offre  globale  de  10 581  postes de formation dont 6897 en formation diplômante et 2691 en formation qualifiante.
 

K. Tighilt

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute