L’Algérie profonde RAMADHAN À MÉDÉA

Ness El-Kheir lance l’“Iftar en famille sur la route”

  • Placeholder

EL BEY M. Publié 10 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

Comme à son accoutumée, l'association Ness El-Kheir ne s'est pas départie de ses actions caritatives en occupant encore une fois les premières lignes du bénévolat, offrant chaque soir à l'heure du f'tour des repas chauds aux démunis, aux voyageurs et aux travailleurs des chantiers.

Tout comme les années précédentes, l'association a ouvert son restaurant Errahma habituel dans le village de l'artisanat situé dans la commune de Tamesguida, sur l'autoroute Nord-Sud, entre Médéa et la Chiffa, où les voyageurs et les personnes sans domicile ou sans famille sont servis à l'heure de la rupture du jeûne.

Pour cette année, l'association Ness El-Kheir a innové, et ce, en invitant les familles qui le désirent à venir partager avec les autres “convives” le repas du f'tour, un concept dit : “Iftar familial sur la route” pour des moments de convivialité.

“C'est une joie immense que nous avons éprouvée, au 3e jour du mois de Ramadhan, lorsqu'un bus de transport se rendant vers le Sud s'est arrêté pour permettre aux voyageurs de rompre le jeûne dans notre restaurant où le menu servi était composé d'une chorba frik, dolma aux petits pois et frites, L'ham hlou, salade, boissons, sucreries...”.

L'association a déployé beaucoup d'efforts pour ouvrir 2 autres restaurants tous situés au niveau du centre-ville de Médéa où sont également servis des repas à table et des repas à emporter aux familles démunies et sans ressources, soit au total une moyenne de près de 1000 repas par jour, est-il indiqué.

L'association Ness El-Kheir se distingue à chaque fois qu'elle est sollicitée pour apporter son aide aux personnes nécessiteuses par la distribution de colis alimentaires, de vêtements, de médicaments et de trousseaux scolaires.

Si l’ambiance dans ces restaurant est des plus conviviales grâce à la volonté des bénévoles et des généreux donateurs, l'association Ness El Kheir n'en continue pas moins de demander l'aide des donateurs en lançant un appel en direction du public et des institutions pour lui apporter les produits alimentaires et les viandes ou des contributions en moyens pécuniaires.

Il faut aussi rappeler que sur le volet relatif à l'amélioration du niveau des cadres du mouvement associatif, elle a organisé des séminaires sur des thématiques diverses telles que la gestion des évènements, le volontariat, l'entrepreneuriat social et solidaire...

Selon le président de l'association Ness El-Kheir, Mohamed Saïdani, les séminaires de formation rentrent dans le cadre de la démarche des pouvoirs publics pour redynamiser le rôle des associations et de la société civile et de promouvoir l'ancrage de l'esprit de citoyenneté, en conformité avec le programme national du ministère de la Jeunesse et des Sports, dira Mohamed Saïdani, président de la l'association Ness El-Kheir de Médéa.

M. EL BEY

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute