L’Algérie profonde Allocation chômage à Jijel

Plus de 50 000 primo-demandeurs d’emploi éligibles

  • Placeholder

Amor ZOUIKRI Publié 22 Mars 2022 à 18:07

L’antenne de l’Anem à Jijel. © D. R.
L’antenne de l’Anem à Jijel. © D. R.

Jusqu’au  31  décembre  2021,  le  bilan  des  demandeurs  d’emploi s’est établi à 48 274 pour une offre  d’emploi   qui  n’a  pas  dépassé les 5 720 postes. Les placements ont été de l’ordre de 5 339, soit une hausse de 56%   par  rapport   à  l’année  2020,  selon   les  données  annoncées par l’Anem.

Pendant que les antennes locales de l’Anem  ne désemplissent pas depuis l’annonce de l’instauration d’une allocation chômage, plus de 50 000 primo-demandeurs d’emploi, éligibles à cette prime de 13 000 DA, sont recensés à l’échelle de la wilaya de Jijel.

Plus exactement, ils sont 50 706 chômeurs  issus  de  la  tranche d’âge 19-40 ans qui ont postulé à cette allocution, selon des données recueillies à l’agence de wilaya de l’emploi.

Toutefois, jusqu’au 20 mars 2022, 6 700 bénéficiaires ont reçu une attestation d’éligibilité, alors que l’opération suit son cours pour le traitement des dossiers de tous les postulants. Le nombre des dossiers rejetés  pour divers motifs est de 5 245, selon les mêmes données. 

On signale, par ailleurs, que la date du  premier  versement  de  cette  prime est retenue pour le 28 du mois en cours. Le 25 de chaque mois est fixé pour arrêter les  dossiers  des  bénéficiaires  ayant  rempli  toutes  les  conditions d’éligibilité, alors que cette opération sera suivie  par  le  versement de cette allocation à la date du 28 de chaque mois.

Il est  à  noter  que  le  nombre  des  femmes ayant  postulé  pour l’allocation chômage  est  plus important que celui des hommes. Sur le nombre total des primo-demandeurs d’emploi, les femmes  représentent, en effet, le chiffre de 29 972 ; celui des hommes est de 20 734.

Une proportion  qui  en dit  long  sur  l’arrivée  en  masse  dans  le  marché de l’emploi de la  gent féminine de plus en plus présente dans les divers secteurs d’activité. Il convient, par ailleurs, de signaler que jusqu’au 31 décembre 2021 le bilan des demandeurs d’emploi s’est établi à 48 274 pour une offre d’emploi qui n’a pas dépassé les 5 720 postes.

Les placements ont été de l’ordre de 5 339, soit une hausse de 56% par rapport à l’année 2020, selon les données annoncées par l’Anem. Selon ce qui est avancé, la hausse des placements est due à la levée de gel de plusieurs projets à Jijel.

Quant  à  la  hausse  des  primo-demandeurs  d’emploi, elle  est  expliquée par l’instauration de l’allocation chômage, ayant poussé de nombreux jeunes à se présenter aux bureaux de l’Anem.

Une moyenne de 650 dossiers pour bénéficier de cette prime est quotidiennement traitée au niveau de ces bureaux, avec la mobilisation d’un personnel de 8h à 18h, y compris la journée du samedi.

Depuis le début du traitement des dossiers de cette prime, la pression sur ces bureaux est telle qu’il est fait appel aux services de sécurité “pour accompagner cette opération”.

Devant le flux important des demandeurs de l’allocation chômage, la présence des agents de police est rendue indispensable pour veiller au bon déroulement d’une opération qui n’est pas limitée dans le temps.

Les bénéficiaires, qui auront droit à un présalaire de 13 000 DA, perdent toutefois le droit à cette allocation en cas de refus de poste ou de formation proposée, selon les conditions de son octroi.

Il reste à signaler que de nombreux chômeurs ont manifesté leur dépit face au refus qui leur a été notifié pour bénéficier de cette prime à leur accès à la plate-forme Minha. Pour divers motifs, ils n’ont pas pu bénéficier de cette allocation. “C’est pour les primo-demandeurs d’emploi”, explique-t-on.

Autant dire que tout chômeur ayant déjà bénéficié d’un poste d’emploi, fût-il éphémère ou de courte durée, est automatiquement exclu de l’éligibilité à cette prime.

C’est ce  qui a  provoqué  un  sentiment  de  dépit  chez  ces chômeurs à la recherche d’un poste d’emploi, mais qui ne peuvent pas bénéficier de cette allocation. 

D’autant qu’elle aurait permis de les aider à surmonter leur condition sociale qui les réduit au statut de chômeur. 

Dans  les  bureaux de l’Anem, il  est  fait  état  de  ces  nombreux  primo-demandeurs d’emploi qui se présentent pour la  première fois “juste pour bénéficier de cette prime, pas vraiment pour un poste d’emploi”.
 

Amor Z.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute