L’Algérie profonde MÉDÉA

Plus de 85 580 ha intégrés au projet de barrage vert

  • Placeholder

EL BEY M. Publié 20 Mars 2022 à 15:29

© D. R.
© D. R.

La réhabilitation du grand projet de barrage vert a été au centre d'une réunion qui s'est tenue la semaine écoulée au siège de la Conservation des forêts de la wilaya de Médéa, sous la présidence de Mohamed Boukerch, au sujet de l'extension de la superficie de l'emprise du projet à d'autres zones de la partie steppique du sud de la wilaya.

Selon l'information diffusée à travers le site officiel de cette structure, il a été retenu d'étendre la zone géographique du projet stratégique national de barrage vert en intégrant de nouvelles superficies par une plus grande densification du couvert forestier pour lutter contre l'avancée du désert.

Pour ce faire, une feuille de route pour la réhabilitation du barrage vert est élaborée pour l'inclusion de neuf communes en sus de 4 communes actuellement comprises dans son périmètre toutes situées dans la zone des Hauts-Plateaux de la wilaya, à savoir Aïn Boucif, Chellalet El-Adhaoura, Cheniguel, Aïn Ouksir, Tafraout, Sid Damed, Sidi Ziane, Kef Lakhdar et Berrouaghia.

La relance du projet se fera selon une nouvelle approche économique qui permettra de couvrir désormais une superficie totale à 84 589 ha de plantations d'espèces résistantes à la sécheresse dont cyprès, pin d'Alep, atriplex, plantes fourragères et de plantes de fixation des dunes. 

En effet, le plan d'action sera étayé par des campagnes de sensibilisation pour l'implication d'une population estimée à 38 500 âmes par la mise en place d'un programme de développement prévoyant l’ouverture des pistes, la réhabilitation des sources d'eau, des puits et des forages.

Seul obstacle auquel le projet risque d'être confronté, celui relatif au caractère juridique des terres, facteur déterminant pour le choix et la localisation des investissements, les projets susceptibles d'être initiés par des promoteurs privés, le recensement des zones enclavées.

Dans le cadre de préservation du patrimoine forestier, qui a perdu plus de 700 ha en 2021 des suites des incendies qui ont affecté 6 communes situées dans la région est de la wilaya, plusieurs programmes d'action de plantations arboricoles de remplacement dans les zones citées ont été lancés dans les zones de Tablat et Deux Bassins.

Au mois de mars, 10 675 jeunes pousses ont été plantés sur 106 ha représentant les superficies incendiées, dans le cadre d'une opération d'indemnisation directe octroyée aux 66 fellahs touchés par les feux de forêt, selon Fawzi Mekhtiche, chef de service à la Conservation des forêts de la wilaya de Médéa.

En outre, un programme de 300 ha de plantations dont 150 ha au niveau de la pente Fernane, dans la commune de Berrouaghia, 50 ha à Ouled Antar, 150 ha à Sidi Damed et Aïn Boucif, a été mis en œuvre dans le cadre du programme national de reboisement et 72 745 arbustes mis en terre dans le cadre du volontariat (Fédération des chasseurs, associations), selon le même responsable.
 

M. EL-BEY

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute