L’Algérie profonde CHLEF

Ruée quotidienne vers souk Errahma

  • Placeholder

Ahmed CHENAOUI Publié 10 Avril 2022 à 12:00

Cette initiative intervient chaque année à l’occasion du mois de jeûne. © D. R.
Cette initiative intervient chaque année à l’occasion du mois de jeûne. © D. R.

Même si une certaine pression est exercée sur de nombreux produits de base, les clients sont contents de pouvoir s’approvisionner à des prix accessibles, ce qui permet de soulager les bourses des plus démunis.

Comme chaque année, à l’occasion du mois sacré, souk Errahma – l’unique dans toute la wilaya – installé au restaurant universitaire Abderrahmane-Taleb, au centre de la ville de Chlef, accueille, dès son ouverture au premier jour du Ramadhan, un nombre impressionnant de personnes qui y affluent de plusieurs communes de la wilaya.

Selon Hamid Tahar, le représentant des services du commerce de la wilaya, le marché en question que les citoyens attendaient impatiemment compte tenu de la flambée des prix que connaissent plusieurs produits alimentaires, rassemble une cinquantaine de commerçants qui répondent tous favorablement aux exigences règlementaires de l’État, notamment en matière de tarification de la marchandise mis en vente. Le même responsable explique que cette initiative, qui intervient chaque année à l’occasion du mois de jeûne, apporte un soulagement à l’ensemble des consommateurs, afin qu’ils puissent s’approvisionner en denrées alimentaires dont les prix ne cessent de grimper au fil des jours, partout ailleurs dans la wilaya.

“Les tarifs qui sont appliqués par les commerçants à l’intérieur de ce marché sont étudiés et à la portée de l’ensemble des consommateurs qui demeurent nombreux à se bousculer devant chacun des rayons de marchandises comme vous le voyez. Même le lait en sachet à 30 DA l’unité, ainsi que l’huile de table à 480 DA les 5 litres y sont disponibles, à condition de se lever tôt pour en avoir car la demande est considérable. La pomme de terre est cédée à 55 DA le kilo alors que les viandes sont tarifiées à 200 ou 300 DA de moins par rapport à celles vendues ailleurs”, fait-il savoir.

En effet, les commerçants qui mettent en vente leurs produits d’alimentation générale, légumes, fruits, viandes et autres, dans le marché durant toute la période du mois sacré et même quelques jours après, doivent impérativement se soumettre aux règlements et aux modalités commerciales définis par la législation en vigueur d’où une stricte et rigoureuse application.

Pour leur part, les quelques clients que nous avons rencontrés sur les lieux ont tous exprimé leur soulagement au sujet des tarifs qui y sont affichés sur chacun des produits alimentaires exposés. “Nous habitons à Beni Haoua, à l’extrême nord-est du chef-lieu de la wilaya. Nous sommes habitués de ces lieux compte tenu des abordables qui sont affichés, comparativement à ceux qui sont appliqués ailleurs”, se réjouissent Salah, Mohand et Ali ainsi que plusieurs autres, satisfaits de leurs achats, et souhaitant que ce genre de marchés Errahma soient également installés dans d’autres communes de la wilaya.

AHMED CHENAOUI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute