L’Algérie profonde SÉTIF

SÉTIF Les routes dans un piteux état

  • Placeholder

Faouzi SENOUSSAOUI Publié 12 Avril 2022 à 12:00

Hormis quelques artères jouxtant le siège de la wilaya, le réseau routier de Sétif est désolant. © D. R.
Hormis quelques artères jouxtant le siège de la wilaya, le réseau routier de Sétif est désolant. © D. R.

La commune du chef-lieu de wilaya, l’une des plus riches du pays, ne manque pas de moyens. Les différents programmes tant attendus par les citoyens tardent à venir, et l’actuelle APC, qui a hérité d’une situation des plus catastrophiques en matière de réseau routier, continue de faire la sourde oreille.

Les routes du chef-lieu de la wilaya de Sétif sont dans un piteux état. En effet, cela fait plus d’une décennie que les citoyens critiquent cette situation qui perdure sans pour autant trouver écho auprès des gestionnaires de la ville. Hormis quelques artères jouxtant le siège de la wilaya, le réseau routier de l’une des plus importantes villes du pays est désolant. Les APC qui se sont succédé ces dernières années n’ont rien fait pour améliorer les choses.

Se cachant derrière les interminables travaux de voirie, de réhabilitation du réseau d’approvisionnement en eau potable, de gaz, d’électricité et de la fibre optique qui n’est pas encore généralisée à travers les quatre coins de la ville, ils reportent à chaque fois aux calendes grecques une réfection des routes tant attendue par la population et les usagers. “Cela fait plus de dix ans que nous attendons la réfection du réseau routier au niveau de toute la ville.  Il n’y a pas un seul quartier ou une seule cité qui ait échappé à ce massacre perpétré sous les yeux des responsables de la ville et de la wilaya”, nous dira Mohamed, un chauffeur de taxi. Et d’ajouter : “Mon véhicule tombe en panne régulièrement. Je dois à chaque fois refaire le train avant, dont les amortisseurs et autres pièces.”

De son côté, Abdelmoumen nous a indiqué qu’il a laissé des plumes au niveau de l’intersection de la cité Hachemi. Un nid-de-poule a causé l’éclatement d’un pneu de sa voiture neuve. “Je n’ai pas compris comment peut-on laisser des crevasses et des nids-de- poule comme ça sans intervenir pour colmater ne serait-ce les plus importants et ceux constituant un danger pour les automobilistes et pour les piétons.

On dirait que nos responsables ne voient pas ces dégâts pourtant apparents même pour un non-voyant”, nous dira Riadh, un automobiliste. Il est à noter que la commune du chef-lieu de wilaya, l’une des plus riches du pays ne manque pas de moyens.

Les différents programmes tant attendus par les citoyens tardent à venir et l’actuelle APC qui a hérité d’une situation des plus catastrophiques en matière de réseau routier continue de faire la sourde oreille. Plus de six mois après son installation, les responsables de la ville n’ont excellé que dans les déclarations sur les ondes de la radio locale.

“Jusqu’à présent, les nouveaux élus n’ont rien fait. Je pense qu’il faut une ‘révolution’ et du nouveau sang au niveau de la direction technique de l’APC et du parc communal afin de booster les projets en rade depuis plusieurs années. On ne peut pas répondre aux attentes de la population avec les pratiques qui ont la peau dure et on ne peut pas faire du neuf avec du vieux. Certains responsables au niveau de la direction qui ont montré leur limite, continuent de faire la pluie et le beau temps. Le nouveau président de l’APC doit revoir sa copie en traçant une nouvelle feuille de route”, fulmina Salim, un habitant de la ville.

À cet effet, l’APC doit prendre en charge, dans les plus brefs délais, la réhabilitation du réseau routier tout en évitant les travaux de bricolage.

Faouzi SENOUSSAOUI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute