L’International SITUATION SÉCURITAIRE

L'Irak craint la “menace” de l'EI dans le camp d'Al-Hol en Syrie

  • Placeholder

AFP Publié 10 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

L'Irak, qui craint une infiltration de terroristes sur son sol, redoute la “menace” émanant du camp d'Al-Hol en Syrie voisine où vivent des proches de membres du groupe État islamique (EI), a déclaré samedi un haut responsable.

“Le groupe terroriste continue de représenter une réelle menace à Al-Hol”, a déclaré le conseiller irakien à la Sécurité nationale, Qassem al-Araji, lors d'une conférence internationale à Bagdad consacrée au camp d'Al-Hol, en présence notamment des ambassadeurs français et américain en Irak.

Le camp surpeuplé d'Al-Hol, contrôlé par l'administration semi-autonome kurde et où vivent quelque 56 000 personnes, selon l'ONU, est situé dans le nord-est de la Syrie, à moins de 10 km de la frontière irakienne. Il abrite selon l'ONU environ 10 000 étrangers, notamment des proches de terroristes, des déplacés syriens et des réfugiés irakiens, dont certains continuent d'entretenir des liens avec l'EI.

Appelant les pays concernés à “rapatrier”, puis à “juger” leurs citoyens chez eux, M. Araji s'est prononcé pour le démantèlement rapide d'Al-Hol. Malgré les exhortations répétées des Kurdes, la plupart des pays occidentaux refusent de rapatrier leurs citoyens, se contentant de rapatriements au compte-gouttes par crainte d'éventuels actes terroristes sur leur sol.

“Chaque jour qui passe, la haine croît et le terrorisme prospère” dans le camp, a lancé le responsable irakien. Estimant à 12 000 le nombre de “terroristes de l'EI détenus dans les prisons contrôlées par les Forces démocratiques syriennes”, les FDS, conduites par les Kurdes, M. Araji a également affirmé que ce contingent représentait un “défi”. L'EI “entreprend des opérations pour libérer ses prisonniers”, comme lors de l'assaut de la prison de Ghwayran dans la province de Hassaké (nord-est de la Syrie) en janvier.

Des dizaines de terroristes avaient alors attaqué le bâtiment avant que les FDS ne reprennent le contrôle de la prison après plusieurs jours de combat qui ont fait des centaines de morts. Peu après, l'Irak, qui partage une frontière de plus de 600 km de long avec la Syrie, a commencé à construire un mur en béton à la frontière pour tenter d'empêcher l'infiltration de terroristes sur son sol.

Bagdad a proclamé fin 2017 sa “victoire” contre l'EI, mais aujourd'hui, les forces armées continuent d'affronter sporadiquement des cellules terroristes, notamment dans des zones rurales et montagneuses.

AFP

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 60 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  3. Déclaration d’Issad Rebrab

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute