L’International CORRUPTION AU NIGER

Le président Bazoum annonce l'arrestation de hauts cadres

  • Placeholder

APS Publié 12 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

■ Le président nigérien Mohamed Bazoum a annoncé, dimanche, qu'une trentaine de hauts cadres de l'administration publique nigérienne ont été arrêtés et sont gardés en prison pour des faits de malversations ou détournements.

M. Bazoum a fait cette annonce dans un message posté sur son compte Twitter. “Une trentaine de hauts cadres de l’État, coupables de malversation ou de détournement, croupissent actuellement en prison et y resteront longtemps”, a-t-il indiqué.

Le président nigérien n'a, toutefois, donné aucune explication sur l'identité des fonctionnaires et les dossiers concernés par les malversations ou le détournement. Ces dernières semaines, des médias nationaux ont rapporté des cas de dossiers où des fonctionnaires des ministères des Finances et du Plan ont été interpellés par la police judiciaire de Niamey et même placés sous mandat de dépôt, certains pour leur implication présumée dans des détournements de plusieurs millions de dollars.

Arrivé au pourvoir le 2 avril 2021, Mohamed Bazoum avait promis de mener une lutte implacable contre la corruption et les autres infractions assimilées. “Quiconque a une responsabilité dans l'administration publique répondra désormais tout seul et entièrement de ses actes.

Son parti politique, sa base, sa famille, sa communauté ne lui seront d'aucun secours au cas où son comportement devrait commander une mesure coercitive à son encontre”, avait-il prévenu dans son discours d'investiture, ajoutant : “Je serai implacable contre les délinquants parce que j'ai conscience du tort que porte la corruption au développement du pays.”

APS

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute