L’International RÉBELLION EN RD CONGO

Les 4 derniers négociateurs libérés

  • Placeholder

AFP Publié 13 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

Les quatre derniers membres d'une délégation congolaise, otage d'un groupe armé avec lequel elle était venue négocier en Ituri (nord-est de la RDC), sont libres après près de deux mois de détention, a annoncé hier un porte-parole.

Ce porte-parole, Pitchout Mbodina Iribi, qui représente la “Task force pour la paix, la réconciliation et la reconstruction de l'Ituri”, a annoncé “la libération de Thomas Lubanga et Floribert Ndjabu mais aussi de tout le reste des membres de la délégation”. Il s'agit de deux colonels de l'armée congolaise, Justin et Désiré Lobho.

Les quatre hommes ont plutôt “échappé” à leurs ravisseurs, a déclaré à l'AFP sous le couvert de l'anonymat un autre membre de la Task force, indiquant que “tous sont arrivés à Bunia”, chef-lieu de l'Ituri, mardi matin.

Au total, huit membres de cette Task force avaient été pris en otage le 16 février par les combattants du groupe armé Coopérative pour le développement du Congo (Codeco), organisation mystico-militaire qui prétend défendre les membres de la communauté Lendu.

La délégation, qui comprenait notamment les anciens chefs de guerre Thomas Lubanga, Germain Katanga – jadis condamnés par la Cour pénale internationale – et Floribert Ndjabu, avait été missionnée par le président Félix Tshisekedi pour négocier un cessez-le-feu et la démobilisation des miliciens en Ituri, province en proie à des violences considérées par les Nations unies comme des crimes contre l'humanité.

Alors que les négociateurs étaient en pourparlers avec les miliciens Codeco, ces derniers les avaient pris en otages, en reprochant à l'armée d'avoir bombardé la zone durant la réunion.

Les miliciens exigeaient la libération des prisonniers Codeco et des membres de la communauté Lendu “arrêtés arbitrairement”, la cessation des opérations militaires et la levée de l'état de siège. Depuis, un premier otage, le professeur Jean-Baptiste Dhechuvi, avait été libéré le 21 mars, puis trois autres le 4 avril : le général Germain Katanga, le président de l'Union des associations culturelles pour le développement de l'Ituri (Unadi) Janvier Ayendu Bin Ekwale et le chauffeur du groupe.

L'Ituri et la province voisine du Nord-Kivu sont placées sous état de siège depuis mai 2021, sans que cette mesure ait permis jusque-là de mettre fin aux exactions des groupes armés dans la région.

AFP

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 60 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  3. Déclaration d’Issad Rebrab

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute