L’International LA FAO S’ENGAGE À LES ACCOMPAGNER

Réformes agricoles dans huit pays d'Afrique subsaharienne

  • Placeholder

APS Publié 11 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) œuvre à accompagner les réformes agricoles dans huit pays d'Afrique subsaharienne confortés à des défis de dimension mondiale, a-t-elle indiqué sur son site web.

La FAO a inauguré une nouvelle phase de son initiative majeure de suivi et d’analyse des politiques agricoles avec un financement de 11 millions dollars, qui a pour but d’accompagner les réformes dans huit pays d’Afrique subsaharienne actuellement confrontés à des défis de dimension mondiale.

Englobant le Burkina Faso, l’Éthiopie, le Ghana, le Kenya, le Mozambique, le Nigeria, le Rwanda et l’Ouganda, la phase 3 du Programme de suivi et d’analyse des politiques alimentaires et agricoles poursuivra les travaux qui consistent à aider les pays à prendre des décisions avisées reposant sur des données factuelles en matière d’action publique et d’investissement.

Parmi ses objectifs principaux, il y a la définition des domaines prioritaires parmi lesquels accroître les investissements, rendre les marchés et le commerce davantage transparents, transformer le monde rural de façon inclusive et rendre les systèmes agroalimentaires plus nutritifs.

Ce programme acquiert une importance déterminante dans la conjoncture actuelle où les gouvernements, cherchant à guider leurs réformes sur la voie d’une transformation inclusive de l’agriculture en mobilisant des données à cet effet, doivent aussi composer avec des restrictions budgétaires dans le sillage de la Covid-19 et les conséquences de la crise en Ukraine.

“Les perturbations qui affectent les marchés agricoles mondiaux vont s’aggraver, entraînant des flambées des prix des denrées alimentaires et de l’énergie et provoquant des hausses des prix des engrais, ce qui est préjudiciable non seulement aux agriculteurs, mais aussi aux consommateurs et aux ménages, en raison de leur capacité insuffisante à accéder à l’alimentation”, a déclaré Maximo Torero Cullen, économiste en chef de la FAO.

Afin d’éviter une crise alimentaire, “nous devons surveiller ce qui se passe et réagir au moment voulu. Nous devons donner à notre action une double perspective : la perspective à court terme, qui doit remédier à ces chocs, et la perspective à moyen et à long termes de concrétisation des objectifs de développement durable de l’ONU”.

APS

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 60 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  3. Déclaration d’Issad Rebrab

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute