Magazine ÉPOUSER TROIS FEMMES EN RDC

Entre l’interdit et la mystique

  • Placeholder

AFP Publié 05 Avril 2022 à 12:00

Yaelle (d) et Léa (g), épouses du pasteur Zagabe, et leurs belles-filles, à Bukavu le 20 mars 2022. © D. R.
Yaelle (d) et Léa (g), épouses du pasteur Zagabe, et leurs belles-filles, à Bukavu le 20 mars 2022. © D. R.

“En République démocratique du Congo, un homme a épousé trois femmes à la fois: des triplées.”. L'histoire – un succès sur les réseaux sociaux – est une fiction mais beaucoup y ont cru, car même si la loi l'interdit, la polygamie perdure en RDC où quelques adeptes en font une ardente promotion.

Avec images à l'appui, un “reportage” d'une chaîne diffusée sur YouTube a raconté début mars l'aventure de ce jeune Congolais supposément tombé amoureux d'une femme qu'il croyait unique, mais qui avait en fait deux sosies parfaits, à tel point qu'il a épousé les trois sœurs.

Les commentaires sont allés de “On aura tout vu” à “Il va souffrir”, en passant par un admiratif “Le gars est fort”. Tous les dessous de l'affaire n'ont pas été révélés, mais un directeur de cinéma de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu (Est), a reconnu être l'auteur de ce film, interprété par des acteurs et censé évoquer la polygamie, avec à la base une histoire vraie, assure-t-il.

Dans la province voisine du Sud-Kivu, la vie de Chirhuza Zagabe, 60 ans, pasteur de “l'Église primitive du Seigneur”, une des multiples églises et sectes religieuses présentes au Congo, est bien réelle.

En 2012, il a épousé trois femmes en même temps dans son église. Il en a ensuite répudié une pour “mauvais comportement”, explique-t-il, mais, par le biais d'autres mariages, M. Zagabe a encore quatre épouses. La plus âgée a 48 ans, la plus jeune 26. Trois vivent avec lui sous le même toit à Bukavu, la quatrième à Bujumbura, au Burundi, où étudient certains enfants. “Je peux encore me marier, l'idéal est d'arriver à sept femmes”, selon le pasteur, par ailleurs gérant de l'antenne provinciale d'une entreprise pétrolière.

Culture traditionnelle
Au total, il dit avoir 16 enfants et, tous les dimanches dans les nouveaux locaux encore en chantier de son église, dans un quartier isolé de Bukavu, il explique les origines de la polygamie dont il vante les mérites. Quelques dizaines de fidèles boivent ses paroles, les femmes d'un côté de l'allée centrale, les hommes de l'autre.

Au “commencement” étaient “un mâle et de nombreuses femelles”, assure le message de prédication. “Au lieu de vivre dans l'adultère et la débauche”, explique le pasteur à une équipe de l'AFP, “Dieu autorise l'homme à avoir plusieurs femmes”.

Interrogé dans sa paroisse de Saint-Claver de Nguba, dans un autre quartier de la ville, le curé catholique Raymond Kongolo rectifie. “La polygamie est une institution humaine qui remonte loin dans notre culture africaine et congolaise traditionnelle”, précise-t-il. “Mais ce n'est pas une institution divine”.

Ce n'est pas une institution légale non plus, souligne Joseph Yav, avocat et professeur de droit à Lubumbashi (Sud-Est). La Constitution et le code de la famille sont clairs, déclare-t-il : “le mariage en RDC est monogamique”, la polygamie est une infraction.

Mais, constate le juriste, “elle est pourtant présente et pratiquée dans les traditions congolaises, nonobstant l'interdiction formelle de la loi”. Les exemples ne sont pas rares de Congolais se vantant d'avoir un “2e bureau” connu de tous, y compris de leur “1er bureau”.

Pas possible
Avec ses deux femmes et ses huit enfants, Kalungu Kalebe, 40 ans, qui a assisté au prêche du pasteur Zagabe, ne s'estime pas hors la loi mais “béni de Dieu”. “Je dois emboîter le pas à David, Abraham et Salomon, qui ont épousé plusieurs femmes”, dit-il.

“Je suis prête à épouser un homme qui a plusieurs femmes, ça ne me gêne pas du tout”, affirme aussi Nathanaëlle, 15 ans, présente dans l'assistance. Rakel, une des femmes du pasteur, se félicite d'avoir “trois enfants avec lui”, tout en considérant la progéniture des autres épouses comme ses propres enfants.

Yaëlle affirme elle aussi vivre en harmonie avec ses co-épouses. Mais elle constate que les voisins qui lui rendaient visite lorsqu'elle était la seule femme du foyer ont cessé de venir. “Ils nous ont fuis”, constate-t-elle.

“Cette histoire de polygamie est une déviation de notre société, c'est inconcevable !”, s'emporte Nicolas Lubala, catholique de 42 ans, accusant l'Église primitive, qui existe depuis 1983 et dont le siège est à Kinshasa, de “contribuer à la dépravation des moeurs”. “Me marier avec un homme qui a d'autres femmes ?

Ce n'est pas possible!” Mathilde, 23 ans, est catégorique. “Dans la polygamie, il y a trop de problèmes, des mésententes entre les co-épouses, les enfants...” Mais, ajoute la jeune femme, “si l'homme a de l'argent et d'autres femmes, cela ne dérange pas de s'attacher à lui”.

Selon le centre de recherche américain Pew Research Center, environ 2% de la population mondiale vit dans des foyers polygames et c'est en Afrique que la pratique est la plus répandue (11%). En RDC, la proportion serait de 2%.

AFP

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute