L’Actualité UN SÉISME D’UNE MAGNITUDE DE 5,5 A SECOUÉ LA RÉGION

Climat de psychose à Béjaïa

  • Placeholder

Kamal OUHNIA Publié 19 Mars 2022 à 23:19

© D. R.
© D. R.

Une   année  après   le   séisme  du  18   mars  2021,   une   nouvelle  secousse tellurique d'une magnitude de 5,5 degrés sur l'échelle de Richter a ébranlé, hier  matin, vers 10h59, la  ville  de  Béjaïa  et  sa région.

Malgré  sa  forte  intensité, ce  tremblement  de  terre n’a pas fait de victimes. Hormis une dizaine de blessés légers et quelques dégâts matériels, aucune perte humaine n’est à déplorer. Toutefois, une psychose s’est emparée de nombreux habitants qui redoutaient particulièrement l’effondrement de leurs demeures.

Selon le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag), l'épicentre de ce séisme a été localisé à 28 km au nord-est du cap Carbon, au large de Béjaïa, soit au même endroit que celui du séisme de l’an passé à la même période. Une fois la secousse ressentie, des familles entières ont quitté précipitamment leurs domiciles, la peur au ventre, par crainte d’autres répliques.

Quelques minutes après, les sirènes des ambulances de la Protection civile se sont fait entendre dans les différentes artères de la ville des Hammadites.

Au pavillon des urgences du centre hospitalo-universitaire Khelil-Amrane, une équipe pluridisciplinaire composée de plusieurs professionnels de santé (médecins, chirurgiens, psychologues, infirmiers, assistants…), s’est mobilisée pour prendre en charge les victimes transférées à l’hôpital. 

Selon le coordinateur des paramédicaux de cet établissement hospitalier, Hafid Boudrahem, il y a eu une dizaine de personnes admises aux urgences du CHU, dont la plupart présentaient des blessures légères, notamment des fractures et entorses, ainsi que des états de choc provoqués par le climat de panique et de confusion générales qui ont suivi la secousse. 

Néanmoins, notre interlocuteur fait état d’un cas plus ou moins grave. “Nous avons reçu un polytraumatisé dont le pronostic vital n’est pas engagé. Il s’agit d’un ouvrier qui travaille sur le chantier du nouveau siège de l’APW de Béjaïa, qui a fait une chute d’un échafaudage au moment de la secousse”, déplore M. Boudrahem. 

De son côté, la direction de la Protection civile de la wilaya de Béjaïa indique, dans son bilan provisoire, que ses équipes de sapeurs-pompiers sont intervenues sur le terrain pour apporter aide et assistance aux personnes en détresse.

Ainsi, un étudiant traumatisé et deux autres personnes blessées lors d’une chute à la résidence universitaire de Targa Ouzemour, ainsi que deux femmes blessées et en état de choc, ont été transférés par les pompiers aux urgences après avoir reçu les premiers soins. 

Concernant les dégâts matériels, les responsables de la Protection civile de Béjaïa font état de l’effondrement partiel d'un mur au neuvième étage d'un immeuble en cours de réalisation, situé près de la résidence Chréa, en plein centre-ville de Béjaïa.

En outre, deux anciennes bâtisses dans la haute ville se sont écroulées, alors que des fissures partielles ont été constatées sur les murs de plusieurs édifices publics et immeubles privés, notamment au quartier de l’Edimco, à la cité Tobbal, à la clinique mère-enfant relevant du CHU de Béjaïa, ainsi qu'au campus universitaire de Targa Ouzemour.

Par ailleurs, dans la ville d’El-Kseur, 25 kilomètres à l’ouest de Béjaïa, on a enregistré des fissures dans le plafond du rez-de-chaussée d'un immeuble, situé au quartier Aïn Lahlou, où le processus d'identification et d’évaluation des dégâts est en cours.

Enfin, le service de communication de la wilaya annonce la mise en place d’une cellule de crise présidée par le wali de Béjaïa, Kamel-Eddine Kerbouche, laquelle se chargera de l’évaluation des dégâts causés par ce énième séisme en vue de prendre en charge les sinistrés. 
 

KAMAL OUHNIA

Trois ministres au chevet des blessés
■ Trois  membres  du gouvernement  se  sont  déplacés hier à Béjaïa pour s’enquérir de l’état de santé des victimes du séisme ayant ébranlé, dans la matinée, la région.

Conduite  par  le  ministre  de  l'Intérieur,  des  Collectivités  locales  et de l'Aménagement du territoire, Kamal Beldjoud, la délégation  ministérielle, accompagnée des autorités locales, s’est rendue au CHU Khelil-Amrane pour constater de visu les conditions de prise en charge des blessés et faire un état des lieux concernant les dégâts matériels engendrés par cette catastrophe naturelle.

Selon le ministre de l’Intérieur, sur les 30 personnes admises au service des urgences du CHU de Béjaïa, 27 ont déjà  quitté  l’hôpital, alors que  les trois autres sont toujours hospitalisées. 

À  noter  que  M. Kamal Beldjoud était  accompagné  du  professeur Abderrahmane Benbouzid et de Mme Kaouthar Krikou, respectivement ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, et ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme. 
 

K. O.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute