L’Actualité IL EST ORGANISÉ EN HOMMAGE AU DÉFUNT SYNDICALISTE ACHOUR IDIR

La police empêche la tenue d’un rassemblement nocturne à Béjaïa

  • Placeholder

Kamal OUHNIA Publié 06 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

Un important dispositif policier a été déployé dans la soirée de lundi dernier, à Béjaïa pour empêcher la tenue d’un rassemblement nocturne qui devait avoir lieu à la symbolique place Saïd-Mekbel, en hommage au militant et syndicaliste disparu, Achour Idir, décédé le 4 avril 2019, à l’âge de 51 ans, victime d’un arrêt cardiaque.

Vers 20h30, les forces de police avaient déjà investi les lieux pour disperser les premiers manifestants venus prendre part à ce rassemblement pacifique initié par des anciens compagnons du défunt syndicaliste, notamment ses camarades du Parti socialiste des travailleurs (PST), dont il était membre de la direction nationale.

Devant l’obstination de certains manifestants qui voulaient maintenir coûte que coûte leur action, les services de sécurité ont procédé à l’arrestation de trois cadres du PST, Kamel Aïssat, Boualem Ziani et Mustapha Mernache en l’occurrence. Interpellés vers 21h, ces derniers ont été aussitôt conduits au commissariat central de Béjaïa, où ils seront interrogés par la police judiciaire.

“Nous étions trois militants à être embarqués par la police. On nous a auditionnés au sujet du rassemblement que nous voulions organiser à la place Saïd-Mekbel, en hommage à notre camarade Achour Idir, à l’occasion du 3e anniversaire de sa disparition. Toutefois, nous avons tous refusé de signer les procès verbaux ayant sanctionné notre audition. Ce n’est que vers 2h30 du matin que nous avons été relâchés après avoir passé un examen médical aux urgences du CHU Khellil-Amrane”, relate Boualem Ziani, l’un des trois cadres du PST arrêtés par la police.

Réagissant à cette “offensive répressive”, le PST de Béjaïa dénonce, à travers un communiqué posté sur sa page Facebook, “cette énième atteinte aux libertés démocratiques et au droit de manifestation”.
À noter que les anciens amis du défunt Achour Idir lui ont rendu, hier, un vibrant hommage.

Une cérémonie de recueillement sur la tombe du défunt, a été organisée, hier, au village Tizi Ouaklane, sur les hauteurs de la station balnéaire de Tichy, où repose la dépouille d’Achour Idir, en présence des membres de sa famille, de nombreux militants politique et de syndicalistes, dont des responsables du CLA et du Satef.

KAMAL OUHNIA

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute