L’Actualité APRÈS LA DÉCISION DE PARIS DE RETIRER SES TROUPES DU MALI

Retour à l’Accord d’Alger ?

  • Placeholder

Lyes MENACER Publié 18 Février 2022 à 23:29

Retrait d’un contingent de soldats français du Mali. © D. R.
Retrait d’un contingent de soldats français du Mali. © D. R.

Si le retrait annoncé de l’armée française  du  Mali pose, de nouveau, la lancinante question du devenir de  la lutte  anti-terroriste  dans une région infestée par les groupes armés, cette évolution de la situation dans ce pays frontalier de l’Algérie peut, en revanche, ouvrir la voie à la réémergence  d’une  solution  politique, tel  que  préconisé  par  l’Accord d’Alger.

La France a acté, jeudi, le  retrait de ses 2 500 soldats du Mali, après neuf ans de présence  dans  ce  pays  du  Sahel, dans  le  cadre  de l’opération Serval (janvier 2013-juillet 2014), puis Barkhane, qui totalise environ 5 000 soldats opérant dans quatre autres pays de la région. 

L’annonce a   été  faite  via  un  communiqué  conjoint  de  Paris, des pays européens et du  Canada, directement  impliqués  dans  la  lutte  contre le terrorisme à Bamako, avant une conférence  de  presse  du chef de l’État français, Emmanuel Macron, qui réfute tout échec de l’intervention militaire française dans ce pays.

“En raison des multiples obstructions des autorités de transition maliennes, le Canada et les États européens opérant aux côtés de l'opération (française) Barkhane et au sein de la task force Takuba (…) ont donc décidé d'entamer le retrait coordonné du territoire malien de leurs moyens militaires respectifs dédiés à ces opérations”, soulignent ces pays dans leur déclaration conjointe. 

“Nous ne pouvons pas rester engagés militairement aux côtés d'autorités de fait dont nous ne partageons ni la stratégie ni les objectifs cachés”, a expliqué M. Macron, lors d’une conférence de presse, dénonçant le recours par la junte militaire malienne à “des mercenaires de la société (russe) Wagner”, à l’origine entre autres de la brouille diplomatique entre Paris et Bamako de ces derniers jours. 

Et c’est ce qui a accéléré les événements, même si le retrait français du Mali était déjà dans l’air du temps depuis plusieurs mois, avec la suspension, début juin 2021, des opérations conjointes avec les forces armées maliennes et l’annonce par Paris, une semaine plus tard, d’une révision du déploiement de l’opération Barkhane dans ce pays, où les militaires au pouvoir ont mené deux putschs successifs depuis le 14 août 2020. 

Si Emmanuel Macron se donne un délai de “4 à 6 mois” pour achever le retrait de ses militaires, la junte au pouvoir à Bamako a accouché, hier, d’un communiqué exigeant de Paris et de la force européenne de quitter le Mali dans l’immédiat. 

“Au regard de ces manquements répétés (aux) accords de défense, le gouvernement invite les autorités françaises à retirer, sans délai, les forces Barkhane et Takuba du territoire national, sous la supervision des autorités maliennes”, lit-on dans le communiqué de la junte.

“Je ne transigerai pas une seconde sur leur sécurité”, a rétorqué M. Macron, lors d'une conférence de presse à l'issue du 6e sommet entre l'UE et l'Union africaine à Bruxelles. La montée du sentiment anti-français au Mali, bien qu’instrumentalisé, a concentré le débat sur l’utilité de la présence de Barkhane dans le Sahel, où la porosité des frontières entre ces États fragiles fait déjà craindre la pire autorité au Niger.

Et ce n’est certainement pas sur la Minusma (mission onusienne) que la junte pourra s’appuyer pour poursuivre les efforts de lutte antiterroriste, celle-ci ayant surtout un rôle plutôt défensif. Les 5 000 soldats de la force conjointe du G5-Sahel n’ont pas non plus les moyens pour un défi aussi immense dans une région aussi vaste que le Sahel. 

“La lutte contre le terrorisme au Sahel ne saurait être la seule affaire des pays africains”, a résumé le président sénégalais Macky Sall, présent aux côtés de M. Macron.
 

Lyès MENACER

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute