Économie DISTRIBUTION DU LAIT EN SACHET ET DE L’HUILE DE TABLE À MASCARA

Les mises en garde du wali

  • Placeholder

A. B. Publié 03 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

Si le problème lié à la pénurie du lait en sachet se pose sérieusement en période dite normale, au cours du mois sacré du Ramadhan, la situation empire eu égard à la très forte demande. Et c’est dans le but de tenter d’améliorer la situation que les autorités locales, sous la houlette du wali, multiplient les initiatives, afin d’assurer l’approvisionnement régulier des marchés locaux en produits de base pendant le mois de Ramadhan, ainsi que la lutte contre toute forme de fraude, de spéculation et de surenchère sur les produits alimentaires, un défi d’ores et déjà lancé.

Lors de la visite d’inspection et de travail  effectuée fin mars dernier, le premier magistrat de la wilaya de Mascara, Abdelkhalek Sayouda, s’est rendu à la laiterie El-Émir de Tizi, une localité distante de 10 km de Mascara, afin d’inviter le directeur de cette entreprise publique filiale du groupe Giplait, Yacine Guettaf, de sensibiliser les distributeurs de lait sur la nécessité de respecter leurs engagements, notamment en matière de livraison du lait subventionné directement aux commerçants, à travers toutes les communes de la wilaya. Affichant sa détermination, le wali a tenu à mettre en garde les distributeurs en soulignant : “Tout détournement ou changement de destination de ce produit sera sévèrement sanctionné surtout durant le mois sacré de Ramadhan où le lait doit être disponible et en quantité suffisante.” Pour établir les responsabilités, M. Sayouda a instruit le directeur du commerce pour, dit-il, “dresser la liste de l’ensemble des distributeurs, afin de suivre et de contrôler la traçabilité du lait en sachet depuis sa production jusqu’à sa vente au détail pendant le mois sacré de Ramadhan”.

De son côté, Yacine Guettaf, en sa qualité de directeur de la laiterie El-Émir, a tenu à rassurer quant à la disponibilité du lait pasteurisé conditionné (LPC). Pour lui : “Les instructions du wali lors de sa visite dans notre entreprise ont été axées sur la nécessité d’assurer un approvisionnement régulier et en quantités suffisantes en lait sur le marché.” Et d’ajouter : “Un plan d’action est déjà mis en place pour que le lait en sachet et tous les autres produits de notre entreprise soient disponibles.

De toute façon, je peux vous dire qu’il n’y aura pas de pénurie de lait pendant ce mois sacré de Ramadhan.” À ce sujet, notre source a tenu à souligner que le quota de lait en sachet destiné à la wilaya de Mascara est de l’ordre de 88 000 litres, tandis que les besoins sont de 3000 l/j.

Ainsi, la différence est compensée par les autres laits de vache, en sachet, en boîte ou en poudre. Néanmoins, il faut souligner que la laiterie reste tributaire des quotas de lait en poudre distribués par l’Office national interprofessionnel du lait et des produits laitiers (Onil).

Un autre phénomène est apparu depuis une dizaine de jours, celui relatif à la crise de l’huile de table. En effet, une effervescence particulière règne quotidiennement au niveau du rond point appelé “Seradji” avec la présence de milliers de personnes se bousculant pour espérer obtenir une bouteille d’huile commercialisée par une entreprise.

Pourtant, selon le directeur du commerce, “la wilaya de Mascara est régulièrement alimentée en huile de table grace à Cevital avec 40 000 l/J et Afia avec 20 000l/J au moment où les besoins se chiffrent à 33 000 l/j. La différence s’évapore avec le changement des habitudes des citoyens qui consomment plus et qui se mettent à stocker eu égard à la perte de la confiance”.

Dans le même contexte, le directeur des coopératives des céréales et légumes secs (CCLS) et celui de la minoterie Béni Chougrane, filiale du groupe Agrodiv, ont été interpellés pour assurer l’approvisionnement en quantité et en qualité concernant les légumes secs, la farine et la semoule pour inonder le marché local pendant le mois de Ramadhan et pour lutter contre la pénurie et la spéculation.

A. B. 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute