L’Algérie profonde ALIMENTATION EN EAU POTABLE À MASCARA

Des solutions et des insuffisances

  • Placeholder

A. B. Publié 02 Avril 2022 à 12:00

Des travaux de réfection sont réalisés pour le renforcement des réseaux de l’alimentation en eau potable. © D. R.
Des travaux de réfection sont réalisés pour le renforcement des réseaux de l’alimentation en eau potable. © D. R.

Trop de facteurs défavorables sont intervenus et sont à l’origine de la dégradation de la situation dans la région. Pour combler ce large déficit en matières hydriques, les populations trouvent leur salut dans l’usage du système de citernage.

Travaux de réfection des anciennes canalisations, mise sous terre de nouvelles adductions, exécution des opérations relatives à l’exploitation de nouveaux forages, construction de nouveaux réservoirs d’eau, captage de sources et implantation des fontaines publiques dans les zones rurales et éparses, telles sont les différentes initiatives concrétisées pour le renforcement des réseaux de l’alimentation en eau potable, des engagements qui visent à résoudre ou du moins atténuer le problème qui se pose avec acuité dans certaines communes de la wilaya de Mascara telles que la cité de l’Émir, Mohammadia, Sig, Tighennif, Ghris et Bouhanifia où une très forte densité est enregistrée.

Certes, le degré de gravité des souffrances des populations diffère d’une localité à une autre, mais aucune d’elles n’est épargnée, puisque vivant le calvaire notamment en période estivale au cours de laquelle la consommation de l’eau est des plus importantes en raison de la canicule qui sévit dans toute la région entre mai et septembre. Outre ces dispositions qui ont nécessité des enveloppes financières très conséquentes, les services extérieurs de la wilaya de Mascara ont pris d’autres mesures préventives comme la lutte contre l’irrigation illicite, les vols d’eau à partir des rivières, l’interdiction du fonçage illégal des puits, la rationalité dans la distribution du précieux liquide et contre son gaspillage. Ainsi, la priorité est accordée à l’AEP quitte à sacrifier l’arboriculture, les cultures céréalières et les agrumes.

La nécessité de l’instauration de telles pratiques est absolue, car en dépit des précipitations enregistrées en hiver, les capacités d’eau stockées accusent un déficit qui incite au pessimisme, un sentiment largement partagé eu égard à l’envasement des barrages, l’assèchement des retenues collinaires, la situation dégradée des réseaux et la disparition des sources champêtres.

Ainsi, avec le rabattement inquiétant du niveau des nappes phréatiques et la poussée démographique galopante, le diagnostic est révélateur d’inquiétude d’où l’importance de tels programmes susceptibles de contribuer à l’amélioration de la situation et la satisfaction des populations.

Trop de facteurs défavorables sont intervenus et sont à l’origine de la dégradation de la situation dans la région. Pour combler ce large déficit en matières hydriques, les populations trouvent leur salut dans l’usage du système de citernage.

Dans ce contexte, des dérogations sont accordées aux privés pour l’exercice de cette activité dans l’intérêt général, mais mettant à profit cette aubaine, les distributeurs guidés par le souci de gagner plus d’argent pratiquent une hausse unilatérale des prix qui a pour effet de greffer le budget des ménages.

Certes, plus de 75% des populations de la wilaya de Mascara bénéficient des bienfaits de la mise en service du raccordement de certaines communes au réseau du dessalement de l’eau de mer pour la résolution de ce problème, mais en attendant de voir le bout du tunnel qui n’est pas pour bientôt, ils doivent prendre leur mal en patience, car le rationnement est loin de recueillir le suffrage.

A. B.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute