L’International IMPASSE LIBYENNE

Inquiétude de la communauté internationale

  • Placeholder

Lyes MENACER Publié 18 Mars 2022 à 17:15

Rosemary DiCarlo, secrétaire générale adjointe de l’ONU aux affaires politiques et à la consolidation de la paix. © D. R.
Rosemary DiCarlo, secrétaire générale adjointe de l’ONU aux affaires politiques et à la consolidation de la paix. © D. R.

L’Organisation   des  Nations   unies  essaie  d’observer   le  principe  de neutralité  dans  cette  nouvelle  phase  de  la  crise  libyenne, en concentrant ses efforts sur un rapprochement des parties en conflit.

La communauté  internationale   s’inquiète  de  la  situation  en  Libye, où l’existence de deux  gouvernements parallèles  a  entraîné  le  pays  dans davantage d’incertitudes, éloignant ainsi la perspective d’un règlement de la crise via les urnes.

Mais beaucoup d’intervenants étrangers se sont gardés de soutenir l’une ou l’autre partie, défendant l’option de la tenue d’une élection présidentielle dans les meilleurs délais, après le report du scrutin prévu pour le 24 décembre dernier. 

Et cette question a été au cœur de la dernière réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, en fin de semaine, durant laquelle la Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Rosemary DiCarlo, a fait état de l’inquiétante situation à Tripoli.

“La Libye est désormais confrontée à une nouvelle phase de polarisation politique, qui risque de diviser une fois de plus ses institutions et d’annuler les progrès réalisés au cours des deux dernières années”, a-t-elle averti.

“Notre priorité est de nous concentrer sur la réalisation des aspirations des plus de 2,8 millions de Libyens qui se sont inscrits sur les listes électorales”, a affirmé Mme DiCarlo devant les membres du Conseil, dont seule la Russie affiche ouvertement sa position en faveur du nouveau Premier ministre désigné Fethi Bachagha, soutenu par le camp de l’Est libyen. 

Les Libyens “devraient pouvoir choisir leurs dirigeants dans le cadre d’élections crédibles, transparentes et ouvertes à tous, conformément à un cadre constitutionnel et juridique convenu”, a-t-elle précisé.

Dans ce contexte, la conseillère spéciale du Secrétaire général, Stephanie Williams, a proposé la formation d’une commission mixte composée de membres de la Chambre des représentants et du Haut-Conseil d’État, qui aurait pour objectif de parvenir à un accord sur une base constitutionnelle qui conduirait à des élections en 2022, lit-on sur le site d’information de l’ONU. 

Pour leur part, les États-Unis affirment continuer d’appuyer une solution politique issue des urnes. “Les États-Unis continuent de soutenir la grande majorité des Libyens qui attendent l’organisation des élections et exigent une chance de voter pour l’avenir de leur pays”, a indiqué l’ambassade dans un communiqué diffusé jeudi après des entretiens, à Tripoli, entre l’ambassadeur américain Richard Norland et des responsables libyens, dont le Premier ministre libyen, Abdelhamid Dbeibah, du Gouvernement d’union nationale (Tripoli), dont la mission était d’organiser le scrutin reporté de décembre dernier.

Norland “a réaffirmé le soutien des États-Unis à un processus dirigé par la Libye, facilité par la conseillère spéciale du Secrétaire général des Nations unies, Stephanie Williams, qui conduira à des élections présidentielle et parlementaires libres et équitables dès que possible”, a ajouté le communiqué de l’ambassade américaine à Tripoli.

Ces derniers jours, les médias libyens ont fait part d’une probable rencontre entre MM. Dbeibah et Bachagha en Turquie, pour trouver un terrain d’entente qui évitera à la Libye de replonger dans la violence armée, les deux hommes ayant chacun un soutien militaire important. 
 

Lyès MENACER

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute