L’International LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU MALI

L'UE arrête ses formations militaires mais reste au Sahel

  • Placeholder

Lyes MENACER Publié 13 Avril 2022 à 12:00

L'UE a engagé plusieurs centaines de militaires et d'experts dans deux missions de formation au Mali. © D. R.
L'UE a engagé plusieurs centaines de militaires et d'experts dans deux missions de formation au Mali. © D. R.

La crise diplomatique opposant le Mali et ses militaires au pouvoir à leurs partenaires internationaux se poursuit, au moment où Bamako vit un quasi-isolement, imposé par les voisins ouest-africains de la Cédéao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest).

Ainsi, quelques semaines seulement après le début du retrait des soldats français de l’opération Barkhane et l’annonce de la fin de l’opération européenne Tabuka, c’est au tour de l’Union européenne d’annoncer l’arrêt de ses missions de formation et d’entraînement de l’armée et de la garde nationale malienne.

“On arrête les missions de formation et les entraînements des forces armées et de la garde nationale, mais nous allons poursuivre les formations sur les lois de la guerre, car il faut que les militaires sachent que la guerre a des lois et des règles du jeu”, a expliqué l'Espagnol Josep Borrell à l'issue d'une réunion avec les ministres des Affaires étrangères de l'UE à Luxembourg.

“Les événements nous forcent à cette décision. Nous n'avons pas obtenu (de la junte) les garanties demandées. Mais nous n'abandonnons pas le Sahel. Nous allons nous déployer dans les pays voisins”, a-t-il expliqué.

L'Allemagne envisage de retirer ses militaires présents au Mali dans le cadre de la mission de formation de l'UE et de la mission des Nations unies au Mali, la Minusma. La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a prévu de rencontrer le chef de la junte malienne lors d'un déplacement cette semaine au Mali.

Elle veut “se faire une idée précise de la situation politique et sécuritaire” en vue de décider du maintien ou non de la Bundeswehr, a expliqué un porte-parole du ministère.

Quelque 300 soldats allemands participent à la Mission de formation de l'Union européenne au Mali (EUTM), et 1100 soldats à la Minusma qui compte 14 000 militaires et policiers. “La question est de savoir comment la Minusma va pouvoir continuer à travailler.

Si c'est pour rester aveugle et sourde dans des casernes, ce n'est pas nécessaire de rester”, a jugé Josep Borrell. Les militaires ont pris le pouvoir au Mali lors de deux coups d'État, en août 2020 puis en mai 2021.

Le principal problème posé à l'UE est la présence de mercenaires du groupe russe Wagner, venus au Mali à l'appel de la junte, et la collaboration d'unités de l'armée malienne formées par l'UE à leurs activités. Les Européens réclament une enquête indépendante sur les événements qui se sont produits à Moura, dans le centre du pays, entre le 27 et le 31 mars.

L'armée dit avoir “neutralisé” 203 jihadistes lors d'une opération d'envergure. Mais des témoignages font état de l'exécution en masse de civils par des soldats maliens et des “combattants étrangers”. La région de Moura est l'un des principaux foyers des violences sahéliennes.

Les Nations unies ont annoncé avoir ouvert une enquête. L'UE a engagé plusieurs centaines de militaires et d'experts dans deux missions de formation au Mali, l'EUTM pour les forces armées et l'EUCAP Sahel-Mali pour la police. Le mandat de l'EUCAP, approuvé en 2015, a été prolongé au 31 janvier 2023. Celui de l'EUTM, depuis 2013, court jusqu'au 18 mai 2024.

Lyès MENACER/Agences

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute